Nada Surf en concert à Lille (Splendid, le 26/02/2020) - Ça C'est Culte
PROCHAINEMENT
Facebook CCC Flickr CCC YouTube CCC Instagram CCC Twitter CCC Soundcloud CCC Pinterest CCC
Actualité culturelle en Hauts-de-France et Belgique
MENU
Nada Surf en concert à Lille (Splendid, le 26/02/2020)
Reportages

Nada Surf en concert à Lille (Splendid, le 26/02/2020)

0 commentaire
1 mars 2020 - par Nicolas FOURNIER

 572 total views,  4 views today

Nada Surf est déjà de retour à Lille. Deux ans après un concert donné dans le cadre de l’anniversaire de leur album Let Go, le quatuor américain est de retour au Splendid (24 ans après un premier passage, comme le chanteur tient à le préciser) présenter son dernier opus.

Ce concert a beau être programmé au cœur de l’hiver et de surcroit pendant les vacances scolaires, la date affiche complet.

Nada Surf en concert à Lille (Splendid, le 26/02/2020)

En première partie le chanteur John Vanderslice, sa guitare et ses cheveux bleus débarquent sur scène. C’est assez plat ne le cachons pas même si le personnage est de bonne composition : il a au préalable collecté les questions qu’il souhaitait qu’on lui pose dans récipient et les tire une par une pour les lire devant un public hilare. C’est amusant effectivement, mais sans plus.

Nada Surf en concert à Lille (Splendid, le 26/02/2020)Enfin, les héros de la soirée arrivent.

Ils sont venus présenter leur dernier disque : Never Not Together dont ils joueront seulement trois morceaux : So Much Love et Looking For You bien conforme au canon nada surfien et le plus audacieux Something I Should Do et sa partie parlée, rappelant par moments l’écriture de Popular.

Le reste est assez conforme aux précédents concerts de la formation.

On notera toutefois le retour de The Plan, l’un de leurs premiers morceaux dont Daniel Lorca (le bassiste) explique la rapidité par le fait que lors de sa composition, sans argent, le groupe devait optimiser la location de la salle de répétition.

Killian’s red est toujours aussi élégamment interprété. On enchaîne avec des ballades (Blonde on Blonde, Inside of Love) et des titres plus pêchus (Hyperspace, Hi-Speed Soul). Seul regret : le groupe ne jouera pas Popular, mais est-ce encore utile après plus de 25 ans de carrière. C’est Blankest Year qui enflammera une dernière fois le public avec son refrain repris en chœur (Fuck it !).

Au final Let Go est toujours l’album le plus joué sur cette tournée (six chansons sur vingt !).

Peu de surprises (une nouveauté apparaîtra lors des concerts suivants : Live Learn and Forget) pas de reprise ou de chanson en français, mais toujours une proximité agréable avec le public et bien sûr des compositions pop efficaces qui auront enchanté le public lillois au cœur de l’hiver.

0 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre courriel ne sera pas publié



Instagram