Vendredi sur mer partage ses Premiers émois, album, 2019
PROCHAINEMENT
Facebook CCC Flickr CCC YouTube CCC Instagram CCC Twitter CCC Soundcloud CCC Pinterest CCC
Actualité culturelle en Hauts-de-France et Belgique
MENU
vendredi sur mer
Chroniques

Vendredi sur mer partage ses Premiers émois, son premier album, 2019

0 commentaire
3 avril 2019 - par L'équipe

1,326 total views, 2 views today

Vendredi sur mer est la promesse d’une journée aussi douce qu’éclatante.

C’est un vendredi si heureux et frais qu’on voudrait qu’il s’éternise, à la manière de L’histoire sans fin. C’est une pop-électro guimauve, à mâcher sans modération. Et dans son premier album sorti le 22 mars, Charline Mignot nous dépeint toutes les couleurs de ses Premiers émois.

Vendredi sur mer la chronique

Un premier album de Vendredi sur mer plein d’amour

Bien évidemment, s’il fallait ne choisir qu’une couleur pour cet album, ce serait le rose. Le rose pâle de la pochette, réalisée par Pauline Caranton, où l’artiste y figure en nuisette à la manière d’une déesse grecque. Mais surtout, le rose de l’amour : thème principal de ses chansons. C’est un rose qui vire au rouge comme celui dont les joues se fardent après un malaise. C’est le cas avec Je t’aime trop tôt, l’histoire d’un « je t’aime » prématuré, où la personne tourne le dos à l’amoureux.se.

Vendredi sur mer ne cache pas la vérité : l’amour est dangereux dans Lune et l’autre, triste dans J’aimerais. Il est bien souvent teinté de bleu mélancolique, des regrets d’une relation trop courte ou à sens unique. Premiers émois, recueil d’histoires mélodieuses, rappelle celles que chantait à son époque Françoise Hardy (Tous les garçons et les filles, Le temps de l’amour).


Vendredi sur mer offre une vision contemporaine de la femme

Mais sous couvert d’un monde édulcoré et d’une douce simplicité, les paroles peuvent être aussi percutantes et acides. Son album est marqué par le spectre violet, couleur du féminisme. Elle prône la femme émancipée, contemporaine : libre d’aimer, libre de ressentir et libre de s’exprimer.

Elle chante la troisième vague féministe, ce tsunami incluant toutes les autres formes de discriminations (d’après le concept de « féminisme intersectionnel » de Kimberlé Crenshaw en 1991). Dans ses chansons, la femme aime La femme à la peau bleue, elle vit des histoires d’un soir et elle a le droit de dire « non » dans son single Écoute chérie.

Tantôt sensuelle, tantôt naïve, la voix de la chanteuse oscille entre le chant et le parler pour former un mélange réussi. Elle accompagne un synthé rétro, instrument indispensable pour qui veut se lancer dans le genre de la nouvelle vague pop française. Son usage est toujours juste, mais parfois peut sembler maladroit et répétitif comme dans Dolan.

Mais les maladresses ne sont-elles pas le propre des premiers émois ? Pour son premier album en tout cas, Vendredi sur mer est parvenue à créer un univers propre à elle, impeccable et soigné. Le prochain album promet d’être un véritable amour.

© Allison Blomme

0 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre courriel ne sera pas publié



Instagram