Reportage Not Scientists The Rebel Assholes Burning Heads @ El Diablo (Lille) - Ça C'est Culte
PROCHAINEMENT
"Premier sur l'actu musicale en Hauts-de-France"
MENU
Reportage Not Scientists The RebelAssholes_BurningHeads_El Diablo_Lilleblo_Lille
Reportages

Reportage Not Scientists The Rebel Assholes Burning Heads @ El Diablo (Lille)

0 commentaire
29 mai 2015 - par Nicolas FOURNIER

Ce lundi soir, direction El Diablo ! L’antre diabolique accueil ce soir une grande messe noire… Bon d’accord j’arrête là mes délires. Il s’agit certes d’un petit bar situé rue de Wazemmes dans le sud de Lille mais ça ne l’empêche pas d’organiser une soirée punk à l’affiche alléchante : Not Scientists (composé de deux ex­-Uncommonmenfrommars), The Rebel Assholes (une très bonne découverte) et enfin la référence du genre en France : Burning Heads.

En remontant la rue on aperçoit les musiciens profitant au soleil d’une petite bière. On a bien envie de faire comme eux mais l’appel de la musique reste le pus fort. On patiente donc un peu pour voir les Not Scientists se présenter sur scène. Elle est exiguë et on les sent prêt à pousser les murs pour se faire de la place. Les deux anciens UCMFM sont aux guitares et se partagent le chant. Leur punk est direct, efficace, dans la lignée de leurs aînés. Ils profitent de leur passage sur scène pour fêter (avec un jour de retard) l’anniversaire de l’un d’eux (Jim le guitariste).

Si l’ambiance est parfois plus mélodique (Just Break Me) ils ne rechignent jamais à un bon riff tranchant et concluent leur set de trente minutes par un I don’t fell so crazy dont le clip a été tourné lors d’un de leur passage à Lille. On enchaîne très rapidement avec The Rebel Assholes, le groupe mélodique de la soirée. Ça n’empêche pourtant pas certains de leurs morceaux d’être beaucoup plus courts que ceux des autres groupes (ils joueront treize chansons en trente minutes environ). Toutefois ils changent plus souvent de rythme, passant de tempos lents à rapides avec parfois une attitude plus agressive. Le public paraît de plus en plus attentif et se rassemble dans la salle (située au sous-sol) dès que la musique commence.

Même si ça ne pogote pas encore pour le moment, on les sent intéressés. On finit avec la tête d’affiche de cette tournée, Burning Heads. Les trois groupes sont en effet réunis pour le Kids of the black hole tour, une tournée d’une semaine environ, et dont le titre est un hommage à la chanson des Adolescents (figure mythique du punk californien, principale source d’inspiration des trois groupes de ce soir et si on en croit les t-shirts des spectateurs, ils ont aussi quelques fans sur Lille).

Leur concert sera plus long, près d’une vingtaine de chanson pendant environ une heure si on inclut le rappel, dont un bon quart sont d’inspiration reggae voire dub. Cela permet de varier un peu les plaisirs et il y en a ainsi pour tous les goûts. Le public s’y reconnaît d’ailleurs car la piste se transforme immédiatement en tourbillon où ça bouge dans tous les sens. A noter deux reprises : In the city des Jam et inévitablement, No way des Adolescents. Les inconditionnels du genre seront  ravis d’apprendre que les Burning Heads repassent à Carvin le 23 mai. Un excellente affiche proposé ce soir à El Diablo. Un lieu peu connu, à l’écart mais qui mérite franchement le détour notamment pour sa programmation musicale.

Nicolas Fournier

666 total views, 2 views today

0 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre courriel ne sera pas publié