Matthieu Longatte : n’ayez pas honte de rire ! - Ça C'est Culte
PROCHAINEMENT
Facebook CCC Flickr CCC YouTube CCC Instagram CCC Twitter CCC Soundcloud CCC Pinterest CCC
Actualité culturelle en Hauts-de-France et Belgique
large_matthieu longatte etat des gueux
Chroniques

Matthieu Longatte : n’ayez pas honte de rire !

0 commentaire
6 décembre 2019 - par L'équipe

 2,076 total views,  2 views today

Matthieu Longatte est connu aussi sous le nom Bonjour Tristesse sur Youtube.

Il fait trembler les planches du théâtre Le République à Paris depuis 2018, avec son spectacle « État des Gueux ». Il entamera en 2020 une tournée de quelques dates en France et notamment dans notre belle ville de Lille. Aujourd’hui et comme les autres jours, vous vous apprêtez à lire un avis que vous n’aviez pas demandé.

large_matthieu longatte etat des gueux

Crédit photo : @ Facebook : Matthieu Longatte.

Sur Youtube, Matthieu Longatte s’indigne (littéralement, ça hurle !) sur des faits d’actualité divers et variés. « Bonjour Tristesse », c’est quelqu’un qui dit tout haut, à notre place, ce qu’on pense tout bas. Alors, on ne l’aurait sûrement pas dit comme ça… Mais on n’en pense pas moins. Et qu’est-ce que ça fait comme bien !

Je suis allée voir « État des Gueux » le 22 août dernier. Ça faisait des mois que je voulais y aller et comme si Paris était à l’autre bout du monde, je n’ai pas pris le temps de faire une heure de train. Et puis, comme pour fêter le premier anniversaire de mon départ d’une entreprise qui me tuait à petit feu, je me suis décidée. Pour la petite histoire, Matthieu Longatte nous dit de profiter « de la vida », que la vie est suffisamment courte pour ne pas s’embêter à faire un boulot qui ne nous épanouie pas. Et puis, un jour, c’est le déclic !

Fin de l’aparté.

Je sors du métro République et je vois au loin, les gens qui font déjà la queue. Je traverse la rue et j’aperçois Matthieu Longatte en train de fumer une cigarette comme s’il ne jouait pas devant plus de 200 personnes dans moins de 20 minutes.

Je m’installe à quelques rangs de la scène en me demandant vraiment ce qui m’attend. J’adore Bonjour Tristesse, néanmoins je n’ai pas envie de me faire crier dessus pendant deux heures.

Et puis, il arrive et entame directement par : « Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas crier tout au long du spectacle donc vous avez bien fait de venir ! ».

D’accord, c’est parti.

À partir de ce moment, ça fuse dans tous les sens, tout le monde en prend pour son grade. Je me surprends à rire de sujets pas si drôles habituellement, alors j’ai honte. Puis en un quart de seconde, je m’aperçois que tout le monde rit à gorge déployée ; certains s’essuient même des larmes, qu’ils n’ont pas su retenir.

À ce moment précis, le concept de liberté d’expression prend tout son sens.

Nous sommes 200 (je n’ai pas vraiment compté et je n’ai pas, non plus, le compas dans l’œil). Nous sommes tous de milieux, d’endroits et d’origines différentes. Et quand, dans le métro ou dans la rue, personne ne se regarde ni ne se parle, nous étions à ce moment précis tous unis dans le « Rire ensemble ». Je n’ai aucune façon de retranscrire le sentiment qui m’a traversé à ce moment précis : nous étions un tout.

Je ne vais pas vous mentir, même moi qui l’écris, je trouve cette phrase complètement niaise : « nous étions un tout ». Je ne peux pas être plus honnête que ça, alors on va garder cette tournure. Ne vous en déplaise, chers lecteurs.

Nous sommes rendus à la fin du spectacle. J’aurais voulu que ça dure encore, mais toutes les bonnes choses ont une fin. Sonne l’heure des applaudissements.

Standing-ovation et un message final où Matthieu Longatte nous explique qu’il se refuse à promouvoir son spectacle sur les plateaux télé. Pourquoi ? Il ne fait pas partie de ces « clowns ». La promotion de son spectacle « État des Gueux » se fait par vous. Par moi. Par eux. Par nous, comme un tout.

Et je citerai Matthieu Longatte en disant « Je compte sur vous. Si vous avez aimé, parlez-en à vos proches. Et si vous avez détesté, parlez-en à vos ennemis. ».

Matthieu Longatte sera à Lille le 31 janvier 2020 au Splendid. J’y serai. Et toi ?

Mathilde Pastor

0 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre courriel ne sera pas publié



Instagram