Découvre Corde, leur clip et leur interview ! - Ça C'est Culte
PROCHAINEMENT
Facebook CCC Flickr CCC YouTube CCC Instagram CCC Twitter CCC Soundcloud CCC Pinterest CCC
Premier sur l'actualité culturelle en Hauts-de-France !
MENU
Découvre Corde, leur clip et leur interview !
Interviews

Découvre Corde, leur clip et leur interview !

0 commentaire
20 avril 2019 - par Sébastien CIRON

715 total views, 4 views today

Le violon de Corde propose une musique narrative, suggestive où les mots sont abandonnés au profit des sensations, des émotions.

Un univers feutré, contemplatif servi par un beatmaking incisif et sauvage. Sur disque, Corde est un duo lillois. Il donne à entendre une musique instrumentale qui rappelle certaines histoires fantaisistes de Grieg, le  hip-hop des années 1990, et la liberté post-rock de Balmorhea.

Le premier EP de Corde, sobrement nommé Concorde sortira le vendredi 25 octobre 2019. Le premier single paraîtra, quant à lui, le 3 mai prochain. Le clip Elvis Has Left The Building a été réalisé par le Collectif des routes.

Interview de Corde

Pourquoi Corde ?

Maxime : Corde est un phénix avec lequel j’avais envie d’expérimenter, de jouer et de raconter des histoires sans mot.

Avec Polyandres, nous avions sollicité nîm pour réaliser le son de nos titres. J’ai adhéré complétement à sa méthode et sa vision de la musique. Sans parler de sa créativité, de sa liberté.

C’était une évidence, il fallait que nîm soit à l’œuvre dans Corde en tant que beatmaker. Il a fait tellement plus…

Nîm : J’étais déjà très attaché à l’univers de Polyandres, à ces larges paysages, que, lorsque Corde naquît, le plaisir du voyage émotionnel était tellement évident sur les premières ébauches de Maxime, qu’il fallait poursuivre notre chemin ensemble.

Comment avez-vous travaillé sur cet EP ?

Maxime : J’avais envie de travailler dans l’urgence. Tout a été source d’inspiration, notamment les films et les lectures du moment. La plupart des titres sont des références plus ou moins explicites à ces œuvres.

Les ambiances aussi…

La composition, l’interprétation et l’enregistrement se sont déroulés lors d’une seule et même phase. D’où cette sensation d’avoir expérimenté plutôt que de composer. Généralement, on se pose la question du live. Ici, ça n’a pas été un moteur. Jouerons-nous un jour ces titres sur scène ? Nous n’en savons rien aujourd’hui…

Une fois que j’avais la sensation que le titre se tenait structurellement et intentionnellement, je livrais les pistes à nîm pour qu’il finalise l’histoire et qu’elle devienne la nôtre…

Nîm : Il y avait tout ce qu’il fallait pour appareiller ! Il ne manquait que briquer, polir, lustrer l’horizon, avec des éléments exotiques au violon pour le rendre plus saillant ou plus doux, dessiner les tumultes. J’ai conservé la même urgence que Maxime en livrant sans détour ce que le titre appelait, en toute honnêteté. J’ai pris grand soin d’être parfaitement prêt à composer avant d’avoir seulement entendu le titre. Le grand saut. Et j’en suis très heureux, car c’est un procédé très libérateur – avec ce petit moment d’adrénaline lorsqu’il faut ensuite le partager à son compère…

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Maxime : Je me sens nourri par les créations d’Owen Pallett, Andrew Bird, Marc Huyghens, Gus Van Sant, Jesse Tabish, Agnès Obel, Nick Cave. Ce sont des artistes pour lesquels j’ai beaucoup d’admiration. Les convoquer alors que je n’ai pas une once de leur talent me semble pour le moins prétentieux.

Il y a aussi tous les grands compositeurs de mon enfance : Tchaïkovski, Grieg, Prokofiev, Bizet, Rossini. Ils ont proposé des musiques à livrets, et il n’est pas nécessaire de lire ou voir les pièces pour comprendre les histoires qui se jouent.

Et l’eau…

Je ne pense pas que l’univers marin soit perceptible. Le nom « Corde » y fait cependant clairement référence.

Nîm : Le jeu en home studio est pour moi un héritage venu de François de Roubaix et de John Barry, desquels découlent Stilvio Cipriani, Gil Scott Heron, puis leurs « petits-enfants », manieurs de samplers et de basses électroniques, Blackalicious en tête, Prince Po et autres Cypress Hill. J’harmonise ce fait-maison avec le même amour du classique que Maxime : Bizet, Grieg, Dukas, Debussy, Ravel, Satie, Koechlin ou plus récents Ligeti et Saariaho.

Imprimer Envoyer à un ami
0 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre courriel ne sera pas publié



Instagram