Confluent Jazz Festival 2019 : une très belle édition
PROCHAINEMENT
Facebook CCC Flickr CCC YouTube CCC Instagram CCC Twitter CCC Soundcloud CCC Pinterest CCC
Premier sur l'actualité culturelle en Hauts-de-France !
MENU
Confluent Jazz Festival 2019 : une très belle édition
Reportages

Confluent Jazz Festival 2019 : une très belle édition

0 commentaire
2 mai 2019 - par Pierre GERARD

1,290 total views, 2 views today

Du 24 au 27 avril 2019 avait lieu la quatrième édition du Confluent Jazz Festival à Namur sous le parrainage du renommé contrebassiste belge Jean-Louis Rassinfosse.

Confluent Jazz Festival 2019 : une très belle édition
Nous avons suivi pour vous les deux soirées principales des 26 et 27 en ayant déjà eu d’excellents échos des deux précédentes avec notamment le 25 un rallye au travers de la ville qui rencontra un franc succès.
Pour chaque soir, vu la qualité de l’affiche, le public ne s’y est pas trompé et est venu en nombre dans la jolie et confortable salle de La bourse.

Au programme du vendredi 26 au Confluent Jazz Festival 2019, deux concerts étaient annoncés.

Le premier fut celui du quintet du talentueux violoniste Alexandre Cavalière dans lequel apparaissait notamment le parrain du festival.


Le groupe proposa un jazz manouche teinté de jazz moderne au travers de compositions personnelles du leader. Celles-ci feront d’ailleurs prochainement l’objet d’un nouvel album.
Avec cette musique swinguante de bout en bout, notre violoniste démontra toute sa classe, mais laissa également beaucoup de liberté à ses partenaires pour prendre de savoureux chorus.


À la fin de ce très bon concert, il fit un petit clin d’œil à Django avec le morceau Babik.

La salle étant bien chauffée, c’est un public enthousiaste et impatient qui attendait la vedette internationale du festival : Monsieur Biréli Lagrène.
Venu en trio avec Franck Wolf (saxophones ténor et soprano) et William Brunard (contrebasse), le guitariste proposa un concert époustouflant.


À la guitare électrique, avec toute sa virtuosité et constamment dans l’improvisation, lui et ses fantastiques compagnons proposèrent exclusivement des reprises dont la majorité étaient particulièrement groovantes (Sunny, Isn’t she lovely, Mercy Mercy Mercy, Just the way you are…).

Indépendamment de ses folles envolées, Biréli se faisait aussi un plaisir à jouer la rythmique pour mettre en avant celles de ses partenaires.


En symbiose aussi avec le public qui l’acclama fortement, il revint deux fois pour des rappels dont le dernier en solo. Prestation grandiose et magnifique soirée donc.

La soirée du 27 au Confluent Jazz s’annonçait également passionnante et elle le fut.

Ici, un programme autant spécial qu’original nous attendait. Jean-Louis Rassinfosse nous avait prévu un concert d’entrée dans lequel il n’était pas impliqué puis il nous avait concocté un véritable marathon pour lui et en quatre-temps.

Le premier concert fut assumé par le quartet du saxophoniste ténor montois Fred Delplancq.


Celui-ci nous présenta plusieurs compositions de son dernier très bon album Horizons qui présente souvent une musique incisive, énergique, mais aussi des thèmes plus calmes et mélodieux. Belle prestation.

La seconde partie de cette dernière soirée était donc ce fameux marathon que le parrain allait s’imposer en présentant, sans interruption, quatre projets actuels ou passés qui lui tiennent à cœur. Chacun d’eux allait durer une demi-heure.

Le premier fut celui du groupe L’Âme des Poètes en compagnie de Pierre Vaiana au sax soprano et de Fabien Degryse à la guitare acoustique.


Les trois hommes revisitent instrumentalement depuis 27 ans les grandes chansons françaises.

Pour présenter chacune d’elles, notre parrain jongla avec son humour habituel en faisant des jeux de mots irrésistibles. Le groupe interpréta donc du Ferré, du Brel ou encore du Brassens.

Le second volet fut un hommage à Chet Baker avec qui il a joué de nombreuses années.
Pour partenaires, on retrouva Steve Houben (sax alto), Greg Houben (trompette et bugle) et Quentin Liégeois (guitare électrique).


Ils joueront des thèmes comme Funkin deep freeze, Cristal bells ou encore Sweet Martine, composition de Steve Houbenqui, lui aussi, a joué avec Chet. Si la voix du génie n’a pas été mise à l’honneur, son jeu de trompette le fut brillamment par Greg Houben ; les autres musiciens se partageant aussi de beaux solos.


Le troisième projet était la rencontre en trio avec le pianiste Jean-Philippe Collard-Neven et notre célébrissime chanteur d’opéra belge, le baryton José van Dam.


Ils reprirent de manière lyrique également des chansons françaises comme Et maintenant (Bécaud) ou Les feuilles mortes (Montand) mais aussi des chansons en espagnol du chanteur-compositeur de tango Carlos Gardel.

Notre marathonien finissait sa course avec sa quatrième étape ; l’occasion de nous rappeler l’album Braining Storm avec Fabrice Alleman (sax soprano et clarinette), toujours J-P Collard-Neven au piano et Xavier Desandre-Navarre, un étonnant batteur qui jouait simultanément des percussions.

Le groupe nous présenta un répertoire original, une musique sans frontières, envoûtante et unissant jazz, classique avec un brin de contemporain. Un régal !

Ainsi se terminait ce festival à la très belle programmation et qui fut une réelle réussite.

À noter aussi la qualité de la sonorisation.

Bravo enfin à toute l’équipe de Philippe Mobers pour l’accueil et son organisation du Confluent Jazz.
À l’année prochaine !

Pierre GERARD

©Photos de Bernard RIE

0 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre courriel ne sera pas publié



Instagram