Albin de la Simone enchante le Colisée de Lens - Ça C'est Culte
PROCHAINEMENT
"Premier sur l'actu musicale en Hauts-de-France"
MENU
Albin de la Simone au Colisée de Lens © Sébastien Ciron
Reportages

Albin de la Simone enchante le Colisée de Lens

0 commentaire
18 février 2018 - par Nicolas FOURNIER

Quatre ans presque jour pour jour depuis sa dernière venue dans le bassin minier (c’était à Liévin), Albin de la Simone est de retour pour y présenter son nouvel album “L’un de nous”.

Salué par la presse, l’Amiénois Albin de la Simone bénéficie la plupart du temps, d’un succès d’estime plus que populaire. Mais ce vendredi soir, le Colisée de Lens est bien garni pour l’accueillir. C’était bien mérité.

Comme à l’accoutumée, de la Simone fait une petite présentation de son spectacle

En effet, entouré de trois musiciens, il prévient d’emblée que les instruments ne seront pas ampliphiés. Il sera le seul à avoir des micros (pour sa voix et son clavier). Cela en est même surprenant car à Lomme l’an passé, il n’en avait même pas lui-même. Le son sera ainsi plus naturel, “bio” comme il le qualifiera.

40313605611_83548afb38_mLe quatuor enchaîne ensuite les chansons dans cette intimité créée par le volume sonore très faible et des lumières tamisées. Alors, on écoute en silence ses chansons aux mélodies douces, aux textes sensibles sans être mièvres. Quelques blagues jalonnent la performance qui font écho à son style d’écriture très pince-sans-rire. On s’amuse sur les rythmes entrainants de “L’un de nous”. Du charmant “Embrasse ma femme” ou du désabusé “Le grand amour”. On pense parfois à Thomas Fersen (“À midi on m’a dit”) dont le dépouillement musical et la qualité d’écriture les rapprochent.

La grande force d’Albin de la Simone est son autodérision, favorisant la connivence avec le public (“La fleur de l’âge”, “Moi, moi”)

Il introduira d’ailleurs longuement “La fleur de l’âge” avec une digression fort sympathique qui amusera beaucoup le public. Où comment un début de myopie et une remarque désobligeante de son ophtalmo l’ont conduit à s’interroger sur le temps qui passe.

Au-delà de ses traits d’humour, c’est la mélancolie qui traverse aussi sa performance ainsi que celle de ses musiciens (dont deux instruments à cordes qui y sont sans doute pour quelque chose). Plus le concert avance, plus de la Simone semble prendre ses aises. Albin met en avant son humour avec notamment “Tu es là” et “Tu vas rire”.

Le public adhère à sa simplicité et à son univers délicieux et lui offrira une standing ovation méritée à la fin.

Découvre les photos de Sébastien Ciron et la liste des chansons de cette soirée !

3,190 total views, 2 views today

0 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre courriel ne sera pas publié