Facebook CCC Flickr CCC YouTube CCC Instagram CCC Twitter CCC Soundcloud CCC Pinterest CCC
Actualité culturelle en Hauts-de-France et Belgique
Reportages

THE LIMINANAS + HOWLIN’ JAWS à L’Aéronef de Lille © Monsieur Terpan

0 commentaire
9 décembre 2021 - par L'équipe

 260 vues au total,  2 vues aujourd'hui

THE LIMINANAS+HOWLIN' JAWS à L'Aéronef de Lille © Monsieur Terpan

Dix huit heures trente, l’heure du Rock’n’Roll! En tout cas, c’est l’heure choisie par l’Aéronef pour un programme sympathique avec en tête d’affiche les Liminanas venu présenter leur nouvel album De Pelicula et accompagné par une excellente surprise : Howlin’ Jaws.

On commence donc avec ce trio rockabily qui propose un bon son vintage (coucou les Mustangs) mais plus rugueux et chanté comme il se doit en anglais. Sont-ils des américains venus d’une faille temporelle des années 1970 et égarés dans la capitale des Flandres comme le laisse croire la chemise à carreaux du chanteur? Non comme le confirme l’annonce en français du second titre : Heartbreaker, chanson qui confirmera aussi le sens de la mélodie du trio. La formule est bien huilée mais réserve quelques surprises : le bassiste troque son instrument pour une contrebasse le temps de deux chansons (Googbye et Stranger) donnant un petit côté bande original d’un western pas désagréable.

Difficile de mettre en avant un titre en particulier mais les deux titres suivants Safety Pack et la ballade nerveuse Rainy Days résument plutôt bien l’énergie dont est capable le groupe. Un aperçu plutôt complet présenté en 35 minutes serrées et efficaces conclues par le beattlesiens : Love Makes The World Go Round.

Place aux Liminanas dont un des derniers concerts lillois était au Zénith en bonne compagnie (Triggerfinger et dEUS). Trois grands écrans et des structures lumineuses décorent la scène, ce qui n’empêche pas une impression d pénombre qui convient parfaitement à leur musique. Les musiciens entrent un par un sur scène et s’alignent sur le même plan : la batterie et la guitare de Lionel et Marie Liminana placés au centre de l’ensemble. Plutôt discret toutefois, le couple laisse deux musiciens se partager le chant, en français, en anglais (majoritairement) et même en espagnol !

C’est parti pour un voyage cinématographique de près d’une heure quarante qui nous emmènera au bout de la nuit (enfin, vers 21h20). De nombreuses vidéos sont projetées derrière le groupe. Souvent énigmatiques on y reconaît quelques figures du cinéma (Jean-Paul Belmondo, Jeanne Moreau) et toujours cette ambiance propice au voyage, un peu à l’image du groupe américain Calexico en un peu plus sombre et habité.

Pas très loquace le groupe laisse parler ses riffs tranchants (Je rentrais par les bois). Si Holin’ Jaws donnait envie de taper du pied en rythme, The Liminanas donne plus envie de brandir le poing devant cette tension sublimée par la vidéo. On s’autorise quand même un petit détour sur le bosphore pour le Velvetien Istanbul is Sleeping. Les titres ont plutôt bien vieilli comme Shadow People ou encore Dimanche qui confirme que le groupe est aussi à l’aise en français qu’en anglais et que cela n’altère pas la qualité des compositions.

Les chansons s’enchainent et forment une grande fresque. Il y a comme une fil rouge, difficilement identifiable cependant, la vidéo et la musique vont dans ce sens. Les reprises s’intégrant très bien à cet ensemble comme Mother Sky de Can ou celle de Teenage kicks des undertones qui se fondent dans l’ensemble.

Le public est ravi de cette prestation intense de près d’1h40, chacun a vraiment eu l’impression de voir un spectacle grandiose tout à fait maitrisé et qui laissera un excellent souvenir.
Les dimanches soirs Rock’n’roll sont aussi faits pour ça.

0 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre courriel ne sera pas publié