Facebook CCC Flickr CCC YouTube CCC Instagram CCC Twitter CCC Soundcloud CCC Pinterest CCC
Actualité culturelle en Hauts-de-France et Belgique
GAETAN HENRION «Pas si seul»
Actualités

GAËTAN HENRION « Pas si seul » pour la rentrée 2022 !

0 commentaire
9 janvier 2022 - par Nicolas FOURNIER

 874 vues au total,  2 vues aujourd'hui

GAËTAN HENRION « Pas si seul » à la rentrée !

GAËTAN HENRION « Pas si seul » pour la rentrée 2022 !

Gaëtan Henrion est un jeune chanteur qui vient de sortir son premier album : « Pas si seul ».

Si le titre laisse entendre qu’il s’entoure d’une équipe et ce que peut laisser deviner la variété des sonorités des titres de cet album, c’est bien en solo qu’il se présente au public. Les samples complètent ainsi la guitare avec laquelle il s’accompagne lors de ses concerts.

Le titre en dit effectivement long, car si la structure des chansons reste très simple (à la guitare acoustique principalement) de nombreux instruments se rajoutent sur plusieurs chansons afin de leur conférer une ambiance unique.

En écoutant les pistes de cet album, on retrouve des références à la musique contemporaine : de Gauvin Sers à Sansévérino.

En effet, les onze titres proposés sont garantis sans fioriture. L’électronique est rare et au service d’une écriture efficace et les compositions ainsi créées sont entraînantes.

Les textes abordent la politique («Fallait pas » sur l’abstention ; « Tirer sur la corde » : une lettre directe au président). Il y a également une version actuelle de la « non-demande en mariage » de Brassens (« Cérémonie inutile ») et une histoire d’amour moderne (« Jenny et Justin »).

Les références, un peu anciennes, sont assumées comme cette tirade de Jean Gabin dans un singe en hiver en introduction « Des litres d’écoles ».

Quand il veut rajouter un peu d’émotion, c’est en rajoutant une touche de piano (« Laissez faire ») lors d’une ballade poignante sur l’amitié dont l’intonation rappelle Melissmell ou encore une batterie délicate qui jalonne d’autres titres de l’opus.

Les textes abordent aussi l’immigration (« Humberto ») durant une chanson aux accents latinos, soutenue par des rythmes sud-américains, qu’on retrouvera sur un autre titre (« Dernière fois » avec un peu de salsa). Mais le plus efficace reste le dépouillement total, seulement accompagné d’une guitare avec «  J’aime pas les gens ». Et il y aura même un peu de slams sur une piste cachée.

En 45 minutes, Gaëtan Henrion propose donc un opus varié qui aborde avec conviction et talent des sujets actuels. Les chansons devraient lui permettre de trouver le chemin des salles de concert pour les présenter et ainsi les faire écouter au plus grand monde.

© Nicolas Fournier

0 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre courriel ne sera pas publié