Frappé pincée, brillant pas de deux @L'Opéra de Lille
PROCHAINEMENT
Facebook CCC Flickr CCC YouTube CCC Instagram CCC Twitter CCC Soundcloud CCC Pinterest CCC
Premier sur l'actualité culturelle en Hauts-de-France !
MENU
reportage-opera-lille-christine
Reportages

Frappé, Pincée ! Brillant pas de deux à l’Opéra de Lille, 8 janvier 2014

0 commentaire
10 janvier 2014 - par L'équipe

1,364 total views, 2 views today

Opéra de Lille.

Frappé, Pincée ! Comme la rencontre de deux instruments qui devient un gracieux et profond pas de deux. Frappé, comme le travail original d’Edouard Ferlet, pianiste de jazz, qui réinvente l’œuvre de Bach. Pincée, comme l’interprétation de Violaine Cochard, qui fait vibrer le clavecin d’une étonnante modernité. Où l’on suit ces deux élégants concertistes qui se répondent magnifiquement au long d’une heure de duo mêlant pièces originales et improvisation autour de l’œuvre du compositeur. Les deux claviers n’ont de cesse de se suivre, se donner la réplique, se chevaucher parfois dans une subtile et éclatante danse baroque. Opéra de Lille.

Chacun, tour à tour, peut prendre la tête et guider l’autre, dans un cache-cache lumineux, fait d’émotions variées. Si la joie l’emporte, les mains des duettistes s’animent et le phrasé se fait entêtant, d’une modernité totale. Dans les morceaux où la gravité domine, le piano nous emmène, touchant et inspiré, jamais quitté par la légèreté, toute apparente, du clavecin…

Frappé Pincée Opéra Lille
Copyright Frappé Pincée @ L’Opéra Lille

L’improvisation est partout, dans ce duo (Frappé pour les cordes du piano, qui sont martelées ; Pincée pour celles du clavecin, qui sont pincées) et surtout dans la volonté de ces deux interprètes de renouveler la puissance de Bach, magnifique et inépuisable.

Christine Protin

 

 

 

 

Frappé, Pincée ! Comme la rencontre de deux instruments qui devient un gracieux et profond pas de deux. Frappé, comme le travail original d’Edouard Ferlet, pianiste de jazz, qui réinvente l’œuvre de Bach. Pincée, comme l’interprétation de Violaine Cochard, qui fait vibrer le clavecin d’une étonnante modernité. Où l’on suit ces deux élégants concertistes qui se répondent magnifiquement au long d’une heure de duo mêlant pièces originales et improvisation autour de l’œuvre du compositeur. Les deux claviers n’ont de cesse de se suivre, se donner la réplique, se chevaucher parfois dans une subtile et éclatante danse baroque.

Chacun, tour à tour, peut prendre la tête et guider l’autre, dans un cache-cache lumineux, fait d’émotions variées. Si la joie l’emporte, les mains des duettistes s’animent et le phrasé se fait entêtant, d’une modernité totale. Dans les morceaux où la gravité domine, le piano nous emmène, touchant et inspiré, jamais quitté par la légèreté, toute apparente, du clavecin…

L’improvisation est partout, dans ce duo (Frappé pour les cordes du piano, qui sont martelées ; Pincée pour celles du clavecin, qui sont pincées) et surtout dans la volonté de ces deux interprètes de renouveler la puissance de Bach, magnifique et inépuisable.

0 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre courriel ne sera pas publié



Instagram