à la une

Suivez les actualités et les directs sur nos réseaux sociaux !

L'actualité culturelle près de chez vous ! Hauts-de-France, Benelux et bien au-delà...
Barnabé Mons

Interviews

12 décembre 2023 - par Marieh Bellynck

Barnabé Mons : un artiste lillois aux multiples facettes (2023)5 min. de lecture

En mai 2023 sortait « Bunker superstars », le premier album solo de Barnabé Mons un artiste lillois aux multiples facettes.

Dans une interview donnée récemment Barnabé Mons explique avoir voulu mettre dans ce disque tout ce qu’il aime comme styles musicaux, du rock sixties en passant par le jerk et le punk jusqu’au funk. Si lui-même le qualifie plus volontiers de disque pop, à l’écoute, on est saisis par un chatoiement d’univers.

L’hétéroclisme est donc le maître mot auquel s’associe bel et bien une unité dans la maîtrise de chacun des styles. Et c’est un réel plaisir de se plonger dans l’écoute du disque et de surfer sur autant de vagues. Barnabé Mons fait donc preuve d’une ouverture sans bornes dans son art, ouverture elle-même suggérée dans le concept du clip proposé en multi vue (le principe est simple, on choisit, parmi quatre petits écrans celui que l’on veut voir en grand pendant la chanson). Si l’univers de Barnabé Mons nous plaît par l’immense champ des possibles qu’il propose, nous avons eu envie de pousser le chanteur (gentiment) dans ses retranchements en le mettant au défi de répondre à notre interview dilemme !

  • Peux-tu nous donner le titre de ton dernier album qui te ressemble le plus ?

S’il faut choisir le titre qui me ressemble le plus je dirais Chat Sauvage, c’est très proche de ce que j’ai fait par le passé dans mon groupe Sheetah et les Weissmüller : dansant et humoristique avec de fortes influences des années 1960 (Nino Ferrer, Aretha Franklin), mais cette fois j’ai ajouté du scratch pour casser les codes et aussi pour illustrer les facéties d’un chat en manque te tabac qui se défoule en griffant ma collection de vinyles !

  • Peux-tu nous dire ce qui prime pour toi, la composition musicale ou le texte (imaginons que tu sois privé à jamais de l’un des deux…)

Pour moi tout commence avec le texte, c’est ce qui m’inspire avant tout. C’est une phase où je suis seul, ensuite vient la musique. Pour l’écriture des mélodies j’aime travailler avec mes complices Pierrik Viard et Benjamin Collier. Étant donné que je suis loin d’être un musicien accompli (je joue de la guitare comme un boucher-charcutier), j’ai besoin d’eux pour aller au bout des grilles d’accords, des harmonies et des arrangements.

En passant tes chansons au crible, on se rend compte que beaucoup, sous des airs faussement légers, nous renvoient à nos propres questionnements humains : Qui sommes-nous ? Qui sont les gens qui nous entourent ? À l’instar de la chanson « Bunker superstars » dans laquelle la ritournelle interrogative nous reste bien en tête. Tu te demandes « si les gens ont une âme » ou encore « si nous sommes tous les points d’un filet sans fin ».

Et toi, qui es-tu donc ? – En un seul mot ? – En une seule couleur ? – En un seul son ?

Je ne suis qu’un homme de plus sur la planète Terre. J’espère être à la fois multicolore, bruyant, éphémère, désordonné, vivant.

Dans la chanson « Je suis pour », un texte qui parle au fond d’amour, tu poses en filigrane une question essentielle sur le couple. Peux-tu y répondre pour nous: « Liberté, jardin secret » ou « Transparence, aucun secret » ?

Hahaha !!! Chacun doit se débrouiller avec ça ! Effectivement on peut approuver des discours libertaires puis s’apercevoir qu’ils sont difficiles à appliquer dans la vraie vie…

Dans la chanson « Tout à fait d’accord », tu demandes, de façon certes rhétorique, à tes auditeurs s’ils seraient « tout à fait d’accord ou non de voir la fin de la musique ou des night-clubs » Et toi, serais-tu d’accord de trancher sur les questions suivantes : Si tu ne devais en garder qu’un seul : – serait-ce le théâtre ou le cinéma ? – serait-ce la BD ou la poésie ? – serait-ce les arts plastiques ou la chanson ?

Je préfère le cinéma au théâtre, mais c’est surtout parce que je le connais mieux. Entre la BD et la poésie je choisirais la poésie même si le mot m’effraie un peu : ça fait trop sérieux, à mon avis il faudrait inventer un nouveau mot plus léger, moins intimidant. Sinonça me parait difficile de faire un choix entre arts plastiques et chanson : j’ai vraiment besoin des deux !!

 

Dans « l’avion-planeur », l’œil du viseur évoqué (celui de la pochette de l’album ?) est au centre d’une histoire d’amour un peu sombre. L’opposition entre le haut et le bas (du planeur et des sous-bois) est assez flagrante et nous rappelle la dichotomie du monde. Encore une fois, à toi de faire un choix entre : – le sombre et la lumière. – le haut ou le bas. – le beau ou le laid. – la force du présent ou le possible de l’avenir. Merci pour tes précieuses réponses !

Pour moi ces opposés sont indissociables : le monde réel et le monde des idées vibrent de nuances illimitées. C’est important de connaitre le bas pour apprécier le haut. J’aime allumer et éteindre la lumière alternativement : ça donne l’impression qu’il se passe quelque chose ! Hahaha, bref le monde est comme il est, plein de contradictions, de possibilités, de bas et de haut… j’essaie de l’aimer comme il vient ! LOVE !!!

Barnabé Mons
0 commentaire Réagissez au sujet de cet article !

Laisser un Commentaire

Nom/Prénom*
Votre courriel ne sera pas publié
Commentaire*
Lille, France

...

La radio CCC

écouter la playlist

Voir tout l'agenda

Espace Partenaire

Un événement
à annoncer ?


Gagner vos places pour des soirées



Vous aimerez aussi

error: Le contenu est protégé.
Aller au contenu principal