Acid Arab présente son album électro Jdid en concert à l'Aéronef de Lille le 24 janvier 2020 - Ça C'est Culte
PROCHAINEMENT
Facebook CCC Flickr CCC YouTube CCC Instagram CCC Twitter CCC Soundcloud CCC Pinterest CCC
Actualité culturelle en Hauts-de-France et Belgique
MENU
Le groupe d’électro française Acid Arab se préparent à enchanter la foule lilloise en concert à l’Aéronef, le 24 janvier, avec en première partie, Ammar 808 et ڭليثرGlitter٥٥.
Chroniques

Acid Arab présente son album électro Jdid en concert à l’Aéronef de Lille le 24 janvier 2020

0 commentaire
21 janvier 2020 - par Allison Blomme

 776 total views,  4 views today

Le groupe d’électro – français – Acid Arab se prépare à enchanter la foule lilloise en concert à l’Aéronef, le 24 janvier, avec en première partie, Ammar 808 et ڭليثرGlitter٥٥.

Quand ils sont arrivés sous les feux des projecteurs en 2016, avec leur premier album Musique de France (2016), les trois musiciens d’Acid Arab avaient conquis les oreilles occidentales, peu habituées à leur techno hybride. Un doux mélange entre la techno française et la variété orientale.

Le trio revient cette fois-ci avec un album tout aussi lumineux, Jdid sorti le 18 octobre 2019. Jdid, c’est le neuf, le frais. En effet, leur dernière création est un réel vent de fraîcheur dans le paysage musical actuel. Pour preuve, le sublime clip de Malek Ya Zahri, réalisé par Giulia Grossmann.

Jdid, un album rafraîchissant d’Acid Arab.

Composé de Guideo Minisky, Hervé Carvalho et Kenzi Bourras, Acid Arab a réuni diverses personnalités pour composer pas moins de onze morceaux : Radia Menel, Hasan Minawi, Amel Whaby, Sofiane Saidi, Sofyann Ben Youssef, Les Filles de Illighadad, Cet Yildiz, Rizan Said, Cheikha Hadjla… Ainsi qu’Ammar 808 pour Rajel (“homme), qui assure également la première partie du spectacle.

Vous l’aurez compris, la liste est longue. Si la quantité est impressionnante, la qualité des titres l’est tout autant.

Dans Jdid, les mélodies sont toujours empreintes des influences orientales qui ont fait leur succès. L’album laisse plus de place aux voix extérieures, comme dans Staifa, avec Cheikha Hdjla, pour une sonorité électro plus épurée.

Même sans chœur – mais pas sans cœur – Acid Arab parvient à nous convaincre, avec l’envoûtant morceau Was Was. Espérons que leur synthétiseur s’éternise jusqu’au bout de la nuit.

Imprimer Envoyer à un ami
0 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre courriel ne sera pas publié



Instagram