PROCHAINEMENT
HollySiz le 13 avril 2018 à l’Aéronef de Lille
"Premier sur l'actu musicale en Hauts-de-France"
MENU
fuzeta groupe musique ricard sa live music
Chroniques

Fuzeta

1 commentaire
26 août 2015 - par L'équipe

Note de la Rédaction : Ce texte a été écrit par ZeBoSS, fondateur et manager de #RKC – Radio Kaos Caribou à l’issue d’un merveilleux voyage en leurs terres morbihannaises.

——————

‘Où commence l’incroyable voyage sonique de vos esgourdes, votre cœur, votre âme, de vous tout simplement, en pays de l’‪eargasm‬ quasi automatique’.

Journal de Bord ZeBoSS An de Grâce III après ‪#‎RKC‬

Lorient – 24/05/2015 2h du matin, les yeux rivés sur les images tournées plus tôt dans la soirée, lors de la Release party des FUZETA dans l’écrin familial du MAPL / Le Manège / Les Studios – Lorient, je me repasse en boucle et en super8 Technicolor, musical film des derniers mois, le profond sillon laissé par ce gang depuis le début de la formidable aventure Ricard S.A Live Music dont ils sortirent vainqueurs en ce début d’année, après avoir été une des attractions des dernières Transmusicales de Rennes à l’automne dernier.

S’entrechoquent alors des images, des sons, des mots, des actes qui prirent naissance une fois encore dans le chaudron magique de toutes les rencontres humaines et musicales possibles, Twitter.

‘Où ZeBoSS tomba sur Plage….’

Journal de Bord ZeBoSS An de Grâce III après #RKC

QG de #RKC, ‪#‎Ermont‬ – France – 6/11/2014 : Une journée de radio et promo qui n’aurait pu être qu’une parmi tant d’autres. Mais voilà le blog Efflorescence Culturelle publia ceci….

efflorescenceculturelle.com/…/f-u-z-e-t-a-rendra-fo…/

et le fit savoir, ce qui finit par arriver jusqu’à nos yeux et le clic qui s’en suivit fit la différence, fit d’un partage une rencontre, une visite exploratoire d’une musicale épopée…. mais nous ne le savions pas encore jusqu’à l’écoute d’un premier titre où tout commença….

Un titre français pour un anglais maîtrisé au point d’enchanter nos échines de louanges rock, qu’un chœur à trois voix va puiser dans leurs tripes, vibrant appel à partager une onde tribale, mais évidemment mondiale, et de frissons que nous pouvons parfois croire oubliés et perdus. Leurs voix ne vous percutent pas, n’ont pas de sauvages impacts ou de blast prompt à vous boxer d’un direct au cœur laissant d’interrogatifs bleus à l’âme qui n’ont d’autre destin que de vous accrocher facilement, le regard malin droit dans les yeux comme un cri rageur.

Non, ces trois voix vous enveloppent chaleureusement puis vous prennent par la main. Ces voix sont des amies, des copains. Un truc forcément juvénile que nos vies d’adultes trop souvent balayent du revers de la main comme inutile. Leur son porte l’amitié, un sentiment profondément humain et des valeurs d’une simplicité désarmante donc attachante, étourdissante comme l’est un état d’esprit enthousiasmant. Écouter FUZETA c’est écouter une vie apaisée. Pas paisible, mais apaisée. Non pas que la tristesse, la rage et autres couleurs émotives soient absentes de leur musique, de leur texte. Non, pensez donc, elles y sont bien présentes, mais comme maîtrisées et canalisées… comme … mais pas seulement. Canaliser c’est regrouper pour offrir une puissance supérieure. Et la puissance les FUZETA l’ont sans conteste même sous des revers de prime abord policés.

‘Le Bon Son Pour Les Bonnes Personnes au Bon Moment’

Un titre arrivé pile poil au bon moment de la vie de la Radio, comme une belle claque pour se remotiver et se dire que oui décidément il y a des artistes, des hommes et des femmes avant tout à défendre et supporter, et qu’il y a définitivement un sens à tout ce que l’on fait, à se battre pour défendre les ‪#‎indés‬ pas seulement en musique, mais dans un même creuset qui en fait définitivement un tout. Juste la cohérence de nos choix d’habitants de ce monde. Et cohérents ils le sont.

Oui FUZETA est un tout. Une subtile construction façonnée de main de maître par mère nature avant de l’être par leur intelligence humaine. Un visuel permanent aux couleurs surannées d’un cliché agfa mais dont la subtile énergisante vitalité est une fenêtre ouverte sur nous.

Tout commence à avoir été dit sur ces quatre garçons, musicalement parlant. De références forcément laudatrices en descriptions multiples et imagées, les mots sont toujours proches de ceux vantant le bonheur quel qu’en soit l’interlocuteur. La seule comparaison qui me saute aux yeux en 2015 est celle que je fais avec les Electric Discharge Machine. Mais là où le quatuor franco-liverpuldien, toujours bien misé comme d’affreux sales gosses qui auraient un mauvais coup à préparer, mais aux aspérités si béantes et visibles pour que l’on s’y cramponne avec un sourire béat de bonheur musical.

Là aussi où sous des aspects de bad boys à la poésie à fleur de peau ils posent leur ‘declaration of war‘ avec une fougue sauvage, libérée, assumée et revendiquée, mais au final ne serait point ce que l’on en attendrait, FUZETA joue bien au contraire la carte d’une certaine et enviée quiétude morbihannaise, ou celle affichée par l’imaginaire que procure le port portugais éponyme qui de souvenir est devenu poétique oriflamme. Quiétude qui repose d’abord sur l’aspect immuablement rêveur de leurs rivages soniques égrenés en quelques notes, qui soudainement baignés de la douceur matinale marine, nous délivre une musique naturelle, vestige ancestral d’avant le temps des hommes et donc auprès desquels nos vies représentent une goutte sur leur échelle de temps.

Ces côtes musicales déchirées d’ordinaire par les vents gorgés de riffs acérés et balayées de vagues fuzz, n’ont pourtant cette quiétude désormais qu’en seule apparence. Dessous fulmine le grain, la tempête. Et lorsqu’elle éclate enfin libérant d’attendus et quasi salvateurs décibelesques embruns, au milieu de celle-ci prend place le plus naturellement du monde une rosace des vents où culminent en quatre points cardinaux Charles, Dorian, Pierre et Jérémy qui nous montre le chemin, le leur & le nôtre, à suivre ensemble.

Au nord trône, Jérémy le métronomique barreur, frappeur inlassable à l’œil appliqué et rivé sur son ouvrage. Le coup est sûr et empli de la sagesse de ne pas faire celui de trop, pas un rivage qu’il ne puisse faire atteindre à leur odyssée à faire filer les nœuds sous le vent. À l’ouest, Charles et Dame Basse. Émérite compagnon de ses quatre cordes, la faisant danser, corps à cordes dans d’amples puis rapprochés mouvements, serrés l’un contre l’autre, dans un tendre tango tout en glissades et caresses appliquées. Unique et émouvant. ‘Native’ d’un monde perdu et oublié où le silence est d’abord respect plus qu’absence et les notes des offrandes à ses camarades de jeu. Celui qui pense à attendre le dernier pour être sur que tout le monde rentre au port. Ne jamais oublier personne.

À l’Est, Pierre céleste canonnier guitaristique, celui par lequel gronde le tonnerre. Quand il faut monter face au vent, premier à relever le défi, son instrument comme seule protection en bandoulière, il se livre à l’énergie, pose son phrasé sans ambages, pas de réédition possible, ici à l’orient la garde meurt, mais jamais ne se rend. Au Sud, Dorian, solaire et lumineux sans jamais porter ombrage. C’est le capitaine, poète et espiègle capitaine pirate désigné par ses pairs, en des mers troublées, mais qu’il a le don de calmer avant de libérer et laisser s’échapper les forces naturelles subtilement forgées en et par chacun des quatre.

Mais parler des FUZETA en ne parlant que de musique et vous passerez sans nul doute à côté de leur essence. Les êtres humains qui composent ce quatuor sont tout simplement à la hauteur de leur musique. Où bien est-ce l’inverse ?

Imbriqué et formidable partenariat qu’ont conclu leurs cœur, âme et musique. Joueur quatuor qui ne met pas à nu dans une mise en scène forcément aguicheuse et tapageuse, des blessures ou des déchirements, mais la vie dans ce qu’elle a de plus beau. Naître, vivre et mourir, il y a de tout cela dans leurs titres.

‘Et l’on en en revient changé’

Journal de Bord ZeBoSS An de Grâce III après #RKC

QG de #RKC – 26/05/2015 5h41… les émotions ont eu raison de moi. C’est avec d’humaines larmes de joie aux yeux que je finis d’écrire ces quelques mots. Poser tout cela en prose bouleverse forcément. Extirper ce texte de moi me permet de savourer au final ce que les autres sont capables de sortir de bien en eux et de vous offrir, sans rien attendre en retour que votre bonheur, et qui vous touche directement, forcément. Faire l’expérience musicale et humaine FUZETA c’est cela, mais bien plus encore. C’est une vraie expérience… la vôtre…. unique… vivante…. émotionnellement forte… votre vie.

Alors après avoir lu ceci levez-vous, et si vous pouviez aller voir celles et ceux que vous aimez et leur dire tout l’amour que vous leur portez ou bien vous pouvez aussi écouter/partager DIVE l’EP tous ensemble sans dire un mot.

——-

Note de la Rédaction : ainsi s’achève le texte qu’il nous a laissé en rentrant de Lorient et que nous vous retranscrivons tel que. Depuis FUZETA parcourt sans relâche les routes de France, de folies rochelaises en expérience acoustique en des lieux magiques et inédits et autre lutécien-hôtel de ville.

L’aspect professionnel de leur épopée a pris également un énorme coup de sérieux avec l’entrée de BMG et d’un serial booker entre autres dans la danse, mais il ne fait guère de doute que leur aventure se poursuivra sous leurs propres couleurs soniques uniques, car il n’y a que ces quatre garçons-là pour créer du FUZETA.

Il est certain également maintenant, à les voir transformer peu à peu l’hexagone en leur terrain de jeu, à les découvrir toujours plus enthousiastes de jouer pour vous un peu partout, à les voir distribuer du condensé de bien-être musical sous forme de sourire béat là où qu’ils soient, que dans le paysage musical français désormais FUZETA est là. L’audition de leur son est une évidente urgence que vous pouvez rassasier via l’EP que vous trouverez ici en téléchargement gratuit.

www.ricardsa-livemusic.com/fuzeta-free-download/
Un énorme merci à l’association MAPL – ‪#‎BiGuP‬ Anne Jérémie & La ‪‎56 Fam‬’.

270 total views, 4 views today

1 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre courriel ne sera pas publié
captcha