Zola Jesus : de la lumière pour la reine obscure de l'électro-goth - Ça C'est Culte
PROCHAINEMENT
Facebook CCC Flickr CCC YouTube CCC Instagram CCC Twitter CCC Soundcloud CCC Pinterest CCC
Premier sur l'actualité culturelle en Hauts-de-France !
MENU
Zola Jesus concert botanique bruxelle orangerie
Artistes

Zola Jesus : de la lumière pour la reine obscure de l’électro-goth

0 commentaire
8 octobre 2014 - par L'équipe

942 total views, 3 views today

Zola Jesus entreprend un mélange des genres pour le moins surprenant. Une sorte de pop gothique où les arrangements sont conçus pour recréer une atmosphère cinématographique envoûtante, presque inquiétante. Après quelques collaborations de marque notamment avec M83, elle sort son cinquième album, Taiga, empreint de new wave, d’électro et de synthé.

Elle sera en concert le 14 novembre 2014 à l’Orangerie (Botanique).

 

Il entreprend un mélange des genres pour le moins surprenant. Une sorte de pop gothique où les arrangements sont conçus pour recréer une atmosphère cinématographique envoûtante, presque inquiétante. Après quelques collaborations de marque notamment avec M83, elle sort son cinquième album, Taiga, empreint de new wave, d’électro et de synthé. Nicole Rose Hummel, de son nom de scène Zola Jesus, née en 1989 à Phoenix, et une auteure-compositrice-interprète et productrice de musique américaine.

Elle sera en concert le 14 novembre 2014 à l’Orangerie (Botanique).Depuis 2009, il monte en puissance tout en laissant personne indifférent. Avec son premier album The Spoils, l’Américaine arrive à se faire un nom avec son univers à mi-chemin entre pop gothique et dark wave. Donc si cette année, elle décide d’enfoncer un peu plus le clou avec son cinquième album Okovi après un Taiga en 2014 un peu raté, ce n’est pas pour rien.

Avec l’aide du producteur et musicien WIFE, son partenaire en crime Alex DeGroot, la violoncelliste Shannon Kennedy mais aussi le percussionniste Ted Byrnes, la voix puissante et poignante de Nika Roza Danilova brille sur des moments glaciaux avec « Wiseblood » et « Remains » sans oublier son final aussi bien larmoyant que libérateur avec « Half-Life » qui signifie parfaitement bien la rédemption. Okovi est un revirement à 90° pour la talentueuse Zola Jesus qui nous refile des frissons comme au bon vieux temps avec cet opus à la beauté désespérée et alarmiste.

 

 

Imprimer Envoyer à un ami
0 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre courriel ne sera pas publié