à la une

Suivez les actualités et les directs sur nos réseaux sociaux !

L'actualité culturelle près de chez vous ! Hauts-de-France, Benelux et bien au-delà...
balthazar thin walls 2015 chronique cacestculte

Chronique

25 mars 2015 - par L'équipe

Sortie pour Balthazar avec Thin Walls mars 20152 min. de lecture

Il y a quelque temps encore, le quintette Balthazar sillonnait le monde pour la tournée de son album Rats sorti en 2012.

Ce fut une période intense pour Balthazar, où les deux auteurs-compositeurs Maarten Devoldere et Jinte Deprez, en sont ressortis encore plus forts. Le fait qu’ils aient vécu l’un sur l’autre a laissé des traces sur Thin Walls. C’est le nouvel album dont le groupe est désormais complété par les membres Patricia Vanneste, Simon Casier et Michiel Balcaen.

Les chansons ont été écrites dans un état brumeux et hyperactif entre les concerts.

Alors que les deux albums précédents Applause sorti en 2010 et Rats, avaient été créés de façons lente, réfléchie et à la maison. Pourtant, cette fois-ci, le groupe a dû caser les séances d’écriture dans ses rares jours de congé. Le disque qui en résulte est instinctif, tranquillement sauvage. On pourrait même ajouter que ce disque vient directement des tripes !

Son titre est peut-être un clin d’œil aux regards indiscrets de l’époque moderne. C’est aussi une description littérale de la façon dont tant de chansons sont nées. Car il faut savoir que Jinte et Maarten avait loué des chambres adjacentes dans un vieux monastère où les murs étaient peu épais, de telle sorte que les deux pouvaient s’entendre composer. D’où le nom de l’album.

Par ailleurs, le groupe a traversé le Royaume-Uni

Ils avaient eu l’occasion de travailler avec Ben Hillier, le producteur de Blur, Depeche Mode et Elbow, et avec Jason Cox (Gorillaz, Massive Attack) aux Yellow Fish Studios de Lewes. Au cours de leur séjour de trois semaines, ils ont assisté à la Bonfire Night à Lewes. Le résultat : un album féroce de rock indé, rempli de grooves et de mélodies hypnotiques. Les thèmes des textes des deux fondateurs semblent toujours être sur la même longueur d’onde : l’angoisse, l’espoir, l’amour et la peur en font partie. L’album s’ouvre sur Decency, décrivant le fait « d’être dans un groupe ».

Puis continue sur Then what, un autre morceau rock de l’album. On découvre un swing dans Nightclub, et le mélancolique Dirty Love. Puis le grave Bunker et le vaporeux Wait any longer. Last call, I looked for you, So easy s’enchainent. Enfin True love, clôture avec une explosion orchestrale.

Un album plaçant le groupe Balthazar vers de nouveaux horizons artistiques et scéniques.

Imprimer Envoyer à un ami
0 commentaire Réagissez au sujet de cet article !

Laisser un Commentaire

Nom/Prénom*
Votre courriel ne sera pas publié
Commentaire*
Lille, France

...

La radio CCC

écouter la playlist

Voir tout l'agenda

Espace Partenaire

Un événement
à annoncer ?


Gagner vos places pour des soirées



Vous aimerez aussi

Aller au contenu principal