Facebook CCC Flickr CCC YouTube CCC Instagram CCC Twitter CCC Soundcloud CCC Pinterest CCC
Actualité culturelle en Hauts-de-France et Belgique
Melody Gardot en concert au Toucoing Jazz Festival 2022
Reportages

Melody Gardot en concert au Toucoing Jazz Festival 2022

0 commentaire
12 octobre 2022 - par Nicolas FOURNIER

 674 vues au total,  2 vues aujourd'hui

Melody Gardot est de retour au Tourcoing Jazz Festival. Dix ans après sa dernière visite. C’est en effet à elle que revient l’honneur d’ouvrir la nouvelle édition (la 36e !) du festival.

Le Théâtre Municipal Raymond Devos a fait le plein. Les spectateurs se pressent dans le parterre et aux balcons peu avant 20h00 pour rejoindre leur siège et attendre sagement l’arrivée de l’Américaine. Celle-ci vient présenter son nouvel album, composé avec le pianiste Philippe Powell (fils du musicien brésilien Baden Powell) et qui démontre une fois de plus l’affection de la chanteuse pour la France.

Le concert s’ouvre avec Wayfaring Stranger où la voix posée de Melody Gardot simplement accompagnée des instruments à cordes fait des merveilles. La suite est du même acabit avec des tempos assez lents, ponctués de quelques exercices techniques des musiciens. Comme durant Obstinada, un instrumental où seuls Philippe Powell et le batteur occupent la scène.

Melody Gardot en concert au Toucoing Jazz Festival 2022

À titre personnel, c’est la troisième fois que je la vois sur scène.

La première fois au Casino Barrière en 2013, le concert m’avait paru très funky marqué par des rythmes afro-caribéens et déjà une influence latino marquée par cette reprise de Sôdade de Cesaria Evoria tandis que la seconde fois au Colisée de Roubaix en 2015 était plus imprégnée de jazz blues où la voix de Melody Gardot paraissait plus appuyée comme sur ce Preacherman vocalement impressionnant.

Ici, on est plus dans une ambiance cosy, marquée par l’alchimie entre le tandem Gardot-Powell (couronné par leur duo franco-portugais sur Samba em Prelúdio) et surtout les efforts de communication du duo envers le public tourquennois. Faisant l’effort de s’adresser au public en français, une langue que la chanteuse n’a pas apprise à l’école, mais sur le tas (« à l’oreille et sur l’oreiller » d’après elle), on en apprend plus sur la composition rapide du dernier opus (une chanson par jour pendant quatorze jours) et leur rencontre dans les coulisses d’une émission de télévision à laquelle s’en est suivi un jeu du chat de la souris pendant un bon moment avant que la collaboration ne soit finalisée.

Melody Gardot en concert au Toucoing Jazz Festival 2022
Crédit photo : Céline Galant

Comme on l’a écrit, la chanteuse aime la France.

Elle compose dans cette langue (Les étoiles), en reprend des standards (la chanson des vieux amants lors du rappel) et prend bien sûr le temps de blaguer avec un public conquis d’avance. La setlist est resserrée, une dizaine de chansons seront jouées pendant un peu plus d’une heure trente de spectacle. Certains titres sont allongés pour mettre en valeur les qualités techniques des musiciens ou encore pour faire participer le public en le faisant applaudir en rythme suivant les indications du batteur.

Dans ces conditions la fête paraît trop courte quand elle s’arrête. On garde en tête pendant encore quelques instants la douce voix qui accompagnait ces textes faisant la part belle aux histoires d’amour. Pendant que les spectateurs retournent chez eux, je croise un couple dans le métro qui consulte le programme. Celui-ci est encore chargé, le festival durant toute la semaine à venir avec d’autres têtes d’affiche comme Jamie Cullum ou d’autres découvertes dans d’autres lieux plus tard dans la saison comme Erik Truffaz, Glass Museum ou Yakir Arbib.

0 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre courriel ne sera pas publié