Liz Cherhal en concert au Poche à Béthune - Ça C'est Culte
PROCHAINEMENT
Facebook CCC Flickr CCC YouTube CCC Instagram CCC Twitter CCC Soundcloud CCC Pinterest CCC
Premier sur l'actualité culturelle en Hauts-de-France !
MENU
Liz Cherhal au Théâtre de Béthune © Ludovic Mannechez
Reportages

Liz Cherhal en concert au Poche à Béthune

0 commentaire
19 novembre 2015 - par Nicolas FOURNIER

1,239 total views, 2 views today

Liz Cherhal est de retour dans la région.

Une semaine après avoir ouvert pour Ben Mazué à la Maison Folie Beaulieu de Lomme, Liz Cherhal est venue à Béthune (les photos de Ludovic Mannechez) présenter devant un petit comité son dernier album Les survivantes sorti l’an dernier. De sa voix douce, la nantaise déclame des textes beaucoup plus introspectifs que lors de sa précédente tournée (pour promouvoir l’album « Il est arrivé quelque chose » sorti en 2011). Son groupe s’est étoffé depuis la dernière fois. Avec ce musicien supplémentaire, elle est entourée d’un vrai groupe de scène guitare-basse-batterie (et parfois violoncelle-piano). Le rendu est ainsi plus pop. On perd toutefois un peu de spontanéité et surtout les quelques trouvailles des concerts précédents (comme cette chanson interprétée seulement en se frappant le corps ou cette reprise à la flûte d’ « Auprès de ma blonde ») rendent le spectacle plus linéaire et un peu trop prévisible.

La jeune femme fait donc la part belle à ce dernier album, joué quasiment en intégralité. Seules deux chansons rescapées de sa discographie pointent le bout de leur nez (« Il est arrivé quelque chose » et « Un matin »). Ces nouvelles chansons sont moins faciles d’accès, plus personnelles également. On est loin du détachement et du second degré du premier album. Mais la sœur de Jeanne, devant un auditoire acquis à sa cause, est également très sympathique. Elle communique beaucoup durant sa performance. Notamment pour expliquer son goût pour le langage des signes, dont elle copie la gestuelle si particulière pour donner vie à ses textes grâce à une anecdote savoureuse (forcément quelle idée aussi d’offrir à un directeur d’un institut pour sourd… un disque). Toujours aussi charmante elle joue avec le public présent et taquine un spectateur ayant le malheur d’avoir des lacets fluo.

Des reprises

Elle s’offre deux reprises. Celle, traditionnelle, d’Anne Sylvestre (Pour jouer avec maman) et conclut par une chanson de la peu connue Michèle Bernard (Maintenant ou jamais), seulement accompagnée d’un violoncelle au milieu du public, sans amplification.

Une jolie façon de conclure cette soirée avant de repartir chez soi. Un chemin du retour très triste cependant car la radio m’apprend que des attentats on eut lieu à Paris. De nombreux spectateurs du Bataclan, venus eux aussi assister à un concert, ont trouvé la mort.

Nicolas Fournier

0 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre courriel ne sera pas publié



Instagram