PROCHAINEMENT
HollySiz le 13 avril 2018 à l’Aéronef de Lille
"Premier sur l'actu musicale en Hauts-de-France"
MENU
Taste of grey flox album ca c'est culte
Chroniques

Flox nous fait voyager dans Taste of Grey

0 commentaire
13 novembre 2017 - par L'équipe

Une lecture, une rencontre, un voyage, les portes s’ouvrant sur une révélation capable de bouleverser une vie sont multiples… Tout comme Taste of Grey de Flox !

Pour Flox, c’est lors d’un concert à La Réunion dans le cirque de Mafate, endroit reculé de l’île accessible uniquement à pied, que tout s’est matérialisé. Coupé du monde, après plusieurs heures de marche dans les sentiers, le multi-instrumentiste anglais y a à nouveau renoué avec l’impression enivrante et infinie de se retrouver perdu. Et ce, privé de ses repères. Surtout, envahi par la sensation grisante d’être à nouveau en danger.

Une sensation qui, le temps aidant, avait fini par s’évaporer lentement. Un sentiment qui l’avait peu à peu quitté à mesure que sa vie s’était stabilisée. Emportant avec lui inspiration et feu créatif.

Un album conditionné par l’inspiration.

Chaque titre s’est construit sur l’humeur du moment. Laissant l’émotion première paver le chemin de la création quand il aurait été parfois plus facile de repenser le travail de zéro. Avec le risque de perdre l’étincelle qui l’avait fait naître.

Flo est un artisan multi-cartes à l’aise à tous les postes de la production artistique. C’est encore et toujours seul que Flox aura écrit, composé, joué, arrangé, enregistré et mixé Taste of Grey. Un assemblage complexe d’organique et de digital. Un album cadencé par les vrombissements des riddims Jamaïcains autant que par la dextérité des funky beats. Désosseur de musiques pour mieux créer la sienne.

C’est dans son studio qu’il aura passé des heures à souder sur les nervures du groove. Et même des circuits imprimés, des interrupteurs et de quoi réguler la circulation du flux électro.

La mise en place d’un aller-retour entre chant et rap, le passage des climats durs vers des plus onctueux.

Le renflement des basses et la distillation d’effets qui pour les plus plus timides iront se cacher dans les tréfonds d’une écoute au casque. Plutôt que le choix manichéen du noir ou du blanc, Flox a choisi la voie des zones grises et plus nuancées.

C’est aller vers l’inconnu. Ou encore, écrire des chansons d’amour quand les thèmes plus raccords avec la marche insensée du monde s’étaient jusqu’alors réservés les meilleurs places. C’est parler sentiments et desserrer un peu les poings pour construire un album où l’agencement des titres raconte une histoire.

Rien n’empêche d’écouter Taste of Grey en enclenchant la lecture aléatoire. Sauf à vouloir modifier le sens de l’histoire…

1,636 total views, 20 views today

Imprimer Envoyer à un ami
0 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre courriel ne sera pas publié
captcha