Elisa Erka x Corps Météo : un EP qui sonne bien - Ça C'est Culte
PROCHAINEMENT
Facebook CCC Flickr CCC YouTube CCC Instagram CCC Twitter CCC Soundcloud CCC Pinterest CCC
Actualité culturelle en Hauts-de-France et Belgique
Elisa Erka
Chroniques

Elisa Erka x Corps Météo : un EP qui sonne bien

0 commentaire
17 janvier 2020 - par Mathilde Pastor

 1,611 vues au total,  6 vues aujourd'hui

J’ai eu la chance de pouvoir discuter avec Elisa Erka au sujet de son EP “Corps Météo”, déjà sorti en septembre dernier.

Je n’ai pas pris le train à l’heure, je suis montée dedans tranquillement quelques mois après et je n’ai pas été déçu de la découverte. Aujourd’hui, je vais sûrement vous donner un avis que vous n’avez pas demandé : vous êtes habitués.

Elisa Erka

Elisa Erka est aussi connu sous le nom d’Elisa Ruschke.

L’une d’elle est derrière un micro sur scène, l’autre est derrière les caméras sur petit et grand écran. Aujourd’hui, je m’intéresse à l’interprète. Je me suis demandée si on avait besoin d’avoir deux facettes pour pouvoir séparer comme ça, deux passions avec des personnages différents. Mais pas du tout.

“Je ne pense pas, mais en tous cas, moi j’avais besoin de différencier les deux. Évidemment Elisa Erka c’est moi mais c’est aussi un personnage et je pense que c’est important au même titre lorsque je joue, d’avoir une petite distance.”

Ça se tient.

Quand j’ai écouté Corps Météo, j’ai adoré les sonorités entre Jain, Florence and the Machine et j’ai aussi beaucoup pensé à Barbara dans le grain de voix. “Barbara est un des mes idoles” m’a confirmé Elisa. Je ne dis pas que des bêtises. Puis elle a continué, “j’ai pas mal d’influences musicales : ça va de Marie Lafôret, Françoise Hardy, Barbara jusqu’à Feist, Polo&Pan, Metronomy…” Des influences diverses qui prennent sens lorsque l’on écoute ses titres : on peut déceler des similitudes dans les arrangements, pas piquées des hannetons.

A l’écoute de l’EP “Corps Météo”, un fil rouge est évident, les cinq titres content une histoire d’amour du début jusqu’à la fin : et ça sonne très très juste.

Pour que ça sonne aussi vrai, il faut forcément être passé par là. “On s’inspire et on part toujours de soi ou de son expérience pour créer quelque chose” me confie Elisa Erka, “l’EP Corps Météo parle des sensations contradictoires, de la passion qui nous dévore, du manque, de la domination, mais aussi de la joie” a t-elle ajouté.

Cette question, je vais la retranscrire in extenso car je ne vois pas comment mêler la réponse et mon récit et surtout parce que j’ai vraiment cru que je parlais à mon psy

Le vautour te tourne autour un jour et le lendemain, le requin en toi est prêt à partir. “Je te veux, je te fuis. C’est infini.” Est-ce que l’amour, c’est jouer au chat et à la souris en permanence ? Est-ce que l’amour nous brise ?

Elisa Erka : J’aime bien cette question. Je parle des contradictions de l’amour. On est parfois, dans la même minute, au bord du gouffre parce que on pas eu de réponse à un texto, par exemple et on peut la minute d’après être la plus heureuse du monde, parce qu’on a finalement eu une réponse. Le “Fuis-moi, je te suis” que tout le monde a connu au moins une fois dans sa vie est un vrai sujet de chanson. C’est vrai, pourquoi on a tant besoin d’être aimé ou d’être validé par quelqu’un d’autre ?  Et pourquoi quand on est en zone de “confort”, on se tire ? Je ne pense pas que l’amour c’est le jeu du chat et la souris, mais je pense que c’est un ingrédient phare de la séduction, après il faut s’en départir. Dans mes chansons, j’ai un champ lexical animalier assez présent. Ce n’est pas vraiment fait exprès, mais les animaux comme le requin ou le vautour sont pour moi des images très puissantes. Ils inspirent le danger, la fascination, l’emprise… Ils correspondent aux relations un peu toxiques que je décris aussi. Je crois que certaines relations peuvent nous briser mais l’amour ne brise pas non. Je pense que l’amour est la plus puissante des énergies et qu’elle se modifie avec le temps. On apprend, tout simplement.

Vous avez vu ? C’était trop bien dit, j’aurai pas su faire mieux.

 

Et alors, la suite des événements ? Elisa prévoit d’écrire un album, de faire une tournée en commençant par des premières parties, à commencer par celles de Trio et Cocoon, en continuant de monter sur les planches dans une pièce d’Alexis Michalik : LE CERCLE DES ILLUSIONNISTES et prochainement dans une pièce de Justine Heynemann : SONGE A LA DOUCEUR, et dans un film de Christopher Thompson : TENDRE ET SAIGNANT.

 

On lui souhaite bien du succès ! L’EP “Corps Météo” est dispo sur toutes les plateformes de streaming, empressez-vous de l’écouter.

Mathilde Pastor

Imprimer Envoyer à un ami
0 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre courriel ne sera pas publié



Instagram