Chapelier Fou dans la Muance - Ça C'est Culte
PROCHAINEMENT
"Premier sur l'actu musicale en Hauts-de-France"
MENU
chapelier fou muance ça c'est culte album
Chroniques

Chapelier Fou dans la Muance

0 commentaire
2 novembre 2017 - par L'équipe

Muance comme une contraction entre mue, mutation et nuance. Un mélange de mots qui correspond parfaitement à cette idée de métamorphe qui hante depuis toujours la réflexion du musicien Chapelier Fou.

Avant Muance ? Depuis 2009, le multi-instrumentiste Chapelier Fou, originaire de Metz, dévoile un univers fort et captivant. Avec des compositions douces, où les instruments se mélangent à des programmations électroniques. À une autre époque, on aurait dit tout simplement electronica pour qualifier cette rencontre de phrasés organiques et de rythmiques synthétiques, cette superposition d’atmosphères et de sentiments.

En presque dix ans, Chapelier Fou a su imposer une signature singulière au fil de maxis et d’albums ayant trouvé un bel écho dans les médias et chez le public. 613 (2010), Invisible (2012), Kalia (2016), ! (2017). Chapelier Fou a fait plusieurs tournées dans le monde entier (Amérique du Nord, Chine, Russie, Europe).

La musique de Chapelier Fou a rencontré d’autres univers artistiques.

Par exemple, l’audiovisuel, lors de la participation du musicien à la série Les Contes du Paris Perché. Puis, l’art numérique avec le projet interactif Les Métamorphoses de Mr. Kalia, imaginé avec le collectif d’artistes Lab212 et présenté au Barbican Centre à Londres. Ou encore l’art contemporain avec une commande du Centre Pompidou Metz pour illustrer l’exposition Musicircus à travers six temps forts, installations et directs. L’artiste bricoleur est également souvent amené à pratiquer des actions pédagogiques et culturelles. Comme le projet d’expérimentations et d’apprentissage Le Végétaphone, créé dans le cadre d’une résidence scolaire avec la salle de musiques actuelles L’Antipode à Rennes.

L’album précédent, Deltas, a marqué un tournant dans son parcours artistique.

Pour la première fois, il a travaillé avec d’autres musiciens. Violon alto, guitare, violoncelle et clarinette pour se produire en concert. Cela lui a procuré le goût du partage, des arrangements mis en commun. Cela lui a permis d’aborder son nouveau long-format, Muance, avec l’envie de compositions sans barrière, sans limite.

Muance a été réalisé sur un long terme.

Sur près de trois ans, avec une session d’une semaine avec ses musiciens. Une session captée dans un studio aménagé dans une maison au fin fond du Jura. Trois morceaux sont ressortis de cette cession qui a amené à Chapelier Fou un grand bol d’air frais dans sa manière de faire de la musique. Pour les autres compositions de l’album, il s’est enfermé dans son studio maison, en solo. Une situation qu’il aime évidemment particulièrement, face à ses machines et ses instruments, face à lui-même.

3,856 total views, 2 views today

0 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre courriel ne sera pas publié