PROCHAINEMENT
"Premier sur l'actu musicale en Hauts-de-France"
MENU
boulevard-des-airs-erwan-raphalen concert splendid lille concerts
Reportages

Boulevard des Airs au Splendid de Lille

0 commentaire
20 octobre 2015 - par Nicolas FOURNIER

Le groupe Boulevard des Airs vient de sortir son nouvel album baptisé Bruxelles et faisait étape au Splendid de Lille le 15 octobre pour le présenter.

Si le concert débute sur un terrain balisé (introduction en espagnol enchaînée avec le titre « Mondo loco« ) le reste renouvellera beaucoup ce que l’on connaissait des Tarbais.

Le morceau suivant, extrait du dernier opus (« Je nous imagine« ), a quant à lui une coloration plutôt jazzy plutôt agréable et ce n’est pas le seul titre dans ce cas. Le renouvellement était bien à l’ordre du jour pour Boulevard des Airs et ce n’est pas leurs fans (les « désertistes ») qui vont s’en plaindre. Car cela permet au groupe de cultiver le gros capital sympathie qu’il a su développer au cours de leurs tournées précédentes auprès du public et notamment celui du Nord. Le rythme de la première partie du spectacle est globalement assez lent, plus posé comme le montre l’interprétation du titre « Demain de bon matin« , enregistrée à l’origine en duo avec Zaz. Mais les fondamentaux sont là comme un intermède qui met en avant la section cuivre.

La suite sera beaucoup plus entraînante et l’on retrouve Boulevard des Airs sur son terrain fétiche. On relèvera ainsi « Ici« , dédié aux migrants pour les aspects politiques et sociaux, très présents dans leurs textes, et le nouveau single « Emmène-moi » dont l’univers doux, presque cotonneux détonne un peu dans leur discographie. Autre constante des concerts de BDA, l’apport d’éléments électros. Lors des précédentes tournées un morceau (« Je reste calme« ) contenait des sonorités dubstep. Cette année les amateurs du genre pourront se régaler de gros beats (« Bruxelles« , « Tu danses et puis tout va« ). Un autre changement est à noter dans la répartition des rôles au sein de la formation méridionale. Mélissa, la saxophoniste, est plus mise à contribution pour chanter (« Mentira« , « Si je m’endors mon amour« ) aux côtés de Sylvain et Florent. Et pour finir, un concert de BDA ne serait pas un concert de BDA sans un ultime rappel en acoustique, sans amplification et au milieu du chaleureux public qui les a accueillis.

Un très bon moment partagé par tous et qui annonce une excellente tournée pour le groupe. Un groupe qui s’exportera d’ailleurs en Amérique du Sud à la fin du mois.

Nicolas Fournier

0 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre adresse E-mail ne sera pas publiée
captcha