La Grande Sophie au Sébastopol (Lille, le 27/11/2019) - Ça C'est Culte
PROCHAINEMENT
Facebook CCC Flickr CCC YouTube CCC Instagram CCC Twitter CCC Soundcloud CCC Pinterest CCC
Actualité culturelle en Hauts-de-France et Belgique
MENU
Reportages

La Grande Sophie au Sébastopol (Lille, le 27/11/2019)

0 commentaire
8 décembre 2019 - par Nicolas FOURNIER

 989 total views,  2 views today

La Grande Sophie était de retour au théâtre Sébastopol pour présenter son nouvel album “Cet instant”. Cela fait déjà trois ans que je ne l’avais pas vu en concert. C’était alors à Roubaix pour un concert mémorable et histoire de reprendre les choses là où elle les avait laissées, elle a choisi la même première partie pour ce soir : Alma Forrer.

Alma Forrer, est une jeune chanteuse, déjà vue aux côtés de La Grande Sophie lors de sa dernière tournée et qui vient de faire paraître son album “L’année du loup“. Un peu avant sa prestation sur la scène du Sébastopol, elle était plus tôt dans la soirée en showcase dans un hôtel près de la gare de Lille. Elle y a rencontré une poignée de spectateurs très attentifs (malgré le brouhaha du hall de l’hôtel) dont de futurs fans qui allaient assister au concert du soir même. Elle a pu y chanter une demi-douzaine de titres et se présenter un peu plus.

Plus tard, elle jouera les mêmes titres (y compris une reprise de Marie Laforêt) tirés de cet album tout frais. C’est en la revoyant sur scène je me suis souvenu d’elle. Un peu en retrait, décontractée et tout en autodérision. Elle sait ses chansons un peu “plombantes”. Elle en rit avec le public. Cette première partie est toujours aussi sympathique et mérite qu’on s’intéresse à elle. C’est aussi un bon lancement pour la suite.

Enfin, place à La Grande Sophie.

Elle entre seule en chantant a cappella “Sur la pointe des pieds“, une nouvelle chanson. La suite est plus connue et elle mixe habilement anciennes chansons (“Hanoï“) et nouveautés comme “Une vie“, le dernier single en date. Ce qui est toujours aussi sympathique avec elle, c’est sa proximité avec le public. Après avoir rappelé son amour pour la salle qui l’accueille ce soir, elle lui dédiera un poème. C’est l’un des temps forts de la tournée puisque chaque ville a droit à son petit texte composé le jour même rien que pour les spectateurs d’un soir.

Presque tout le concert, La Grande Sophie a joué elle-même d’une guitare et les titres les plus énergiques de son répertoire sont toujours aussi agréablet. Des tubes plus évidents bénéficient d’une réorchestration (“Du courage“, moins frénétique ; “On savait“, plus électro). Quelques-uns convainquent les publics de se lever (“Les pouvoirs de la tentation” notamment). Elle-même descendra les quelques marches de la scène pour faire quelques mètres dans la salle (“Quelqu’un d’autre“). Et même quand La Grande Sophie oublie les paroles (“Ne m’oublie pas“, et oui justement celle qu’il ne fallait pas louper) personne ne lui en veut outre mesure.

Le décor se compose principalement d’un écran géant qui diffuse des images, parfois les paroles des chansons (“Maria Yudina“) ou donne l’impression d’être un miroir cassé. Elle jouera aussi deux reprises (“Le large” de Françoise Hardy et une version française de “Bad Guy” de Billie Eilish). Deux rappels plus tard et plus d’une vingtaine de chansons après, le public se disperse dans les rues avec l’impression commune d’avoir partagé un très bon instant.

La Grande Sophie au Sébastopol (Lille, le 27/11/2019)

 

Imprimer Envoyer à un ami
0 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre courriel ne sera pas publié



Instagram