GROEZROCK 2019 : le retour 25, 26 et 27 avril 2019 Meerhout
PROCHAINEMENT
Facebook CCC Flickr CCC YouTube CCC Instagram CCC Twitter CCC Soundcloud CCC Pinterest CCC
Actualité culturelle en Hauts-de-France et Belgique
MENU
GROEZROCK 2019 : le retour 25, 26 et 27 avril 2019 Meerhout, Belgique
Reportages

GROEZROCK 2019 : le retour 25, 26 et 27 avril 2019 Meerhout, Belgique

0 commentaire
9 mai 2019 - par Sylvain Stricanne

745 total views, 6 views today

Le retour après une année de pause n’est pas chose aisée. GROEZROCK n’avait pas eu lieu l’année précédente, ce qui était inhabituel depuis quasiment 30 ans d’existence.

La première nouveauté pour la reprise est de commencer officiellement avec un jour, du moins une soirée de plus sur une scène nouvellement située avant les barrières d’entrée : le Cockpit. Auparavant, il y avait un pré-show dans une salle proche. Ce même Cockpit servant ensuite à recevoir des groupes et non des moindres pendant les deux autres jours.

Pour l’équipe de Ça C’est Culte tout commence le vendredi après-midi à 18 h 10 avec l’émo de SAMIAM alors que le premier groupe jouait à 16 heures. Les aléas des routes Belges…

Revenons sur SAMIAM, qui n’est pas à sa première venue, a décidé de jouer un maximum de titres connus.

Jason Beebout le chanteur est en grande forme, ce qui n’est pas forcément tout le temps le cas. Sa voix est quasi à l’identique de leur album de 1997 « You are freaking me out ». Sergie Loobkoff, le guitariste multi-groupe (Knapsack, Racquet Club…) a toujours ce jeu hyper mélodique.

Le set fini permet de constater que les fans sont là, mais la tente peu remplie laisse supposer que l’arrêt l’année précédente joue sur le nombre de personnes venues cette année. Effectivement, sur le site, il y a bien moins de monde qu’à l’accoutumée… toute proportion gardée. GROEZROCK est habituellement blindé.

Les shows s’enchaînent : GOOD RIDDANCE choisît une set-list idéale aussi avec que des tubes sauf ceux du premier album « For God and country ». NOT ON TOUR et AUTHORITY ZERO nous jouent des set acoustiques sur une petite scène d’un sponsor de chaussettes Américaines. Une douzaine de groupes y passeront.

Malheureusement, il y a la super programmation à suivre sur les cinq grandes scènes au GROEZROCK 2019. Nous découvrons le hardcore des légendaires ONE KING DOWN, au loin EMMURE a l’air de bien donner, néanmoins il faut manger, puis NOT ON TOUR et AUTHORITY ZERO font leur show sur scène, ils sont déchaînés et le public fait plaisir à voir. Tout le monde chante et danse.

La fin de soirée se termine par la tête d’affiche JAWBREAKER sur le retour. Ils envoient du EMO bien lourd.

Seconde journée, il faut bien calculer son coup car il faudra voyager entre toutes les scènes très rapidement. Bien que proches, ça en fait des kilomètres marchés. De plus, il faut jongler avec les interviews.

Tout commence dès midi avec le punkrock teinté de folk de GET DEAD. Ils sont au top et réveillent bien la foule de la grande scène. Puis il faut aller voir pour la première fois THE LAST GANG, la nouvelle recrue du label Fat Wreck. Il faut le dire, c’est mieux sur album que sur scène malgré le spectacle donné. Les punkrockeuses de BAD COP / BAD COP sont cette année sur la grande scène.

Il y a trois ans, le groupe naissant avait joué pour la première fois en Europe sur une petite scène du festival et elles s’en souviennent très bien. Le concert est bien pro. Rinhre la bassiste fait le spectacle à elle seule. À l’heure de manger, vers 15 heures c’est aussi l’heure des interviews et la chance nous permet de récupérer un pass complet qui nous permet de circuler partout et faciliter les déplacements backstage (en coulisses) ou sur scène. Merci Jan.

Nous voyons ainsi et photographions/filmons autrement nos groupes fétiches au GROEZROCK 2019.

Inattendue : la venue de DOG EAT DOG, je peux vous garantir que le groupe excelle plus que leur tube à l’intro saxophone : « Who’s the King ». La scène Back2Basics nous monopolise pour trois concerts : les punkrocker marrants de TEENAGE BOTTLEROCKET, le melodic hardcore de A WILHELM SCREAM et le punkrock à l’anglaise des papy SNUFF.

Un trio de groupe parfait en tout point avant de finir sur la grande scène avec le gardien du temple, notre ami vigile Michel. BOWLING FOR SOUP qui parle trop mais qui fait un show à l’américaine avec des flammes et les suédois de MILLENCOLIN qui font la promotion de leur dernier album tout en réinterprétant d’anciens titres.

Nous ne resterons pas pour DROPKICK MURPHYS, qui joue vraiment trop tard et qui revient surtout à Lille en juin à l’Aéronef. Deux heures trente de route plus tard, il est temps de dormir. Dix jours plus tard, les bons souvenirs du GROEZROCK 2019 sont encore tenaces.

 

 

Texte et photos par Sylvain STRICANNE
Vidéos invités par Silvère VASSELIN

0 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre courriel ne sera pas publié



Instagram