PROCHAINEMENT
"Premier sur l'actu musicale en Hauts-de-France"
MENU
La Péniche Lille Juin 2015
Reportages

Reportage General Lee + KEN Mode à la Péniche Lille

0 commentaire
4 juin 2015 - par Nicolas FOURNIER

Ce mardi, la Péniche décide de lancer son mois de juin avec un programme qui ne fait pas vraiment dans la douceur et la finesse. Les deux groupes à l’affiche (General Lee et KEN Mode) étant plutôt réputés pour la sauvagerie de leurs prestations scéniques. Les deux groupes ont également en commun de présenter leurs albums respectifs dont les dates de sortie sont prévues dans les jours à venir.

On débute avec General Lee. Les cinq Béthunois pratiquent un stoner bien gras et lourd. Ils profitent de l’espace laissé libre devant la scène (il n’y a malheureusement pas beaucoup de monde) pour venir taquiner les spectateurs, surtout le chanteur et le bassiste qui quittent leur estrade régulièrement. Ça bouge énormément en tout cas. Peu nombreux certes, mais motivés. Les titres s’enchaînent, principalement ceux joués une semaine auparavant à Dunkerque, l’un des tous premiers concerts après leur sortie de studio pour enregistrer Knives Out Everybody. Ce nouvel album qui a en partie été financé par un crowfounding efficace. Une petite pause, le temps d’une intro « mexicaine » pour Hellbound on VHS et on reprend aussi sec avec des musiciens à fond dans leur musique. Le guitariste a un son clair, mais produit des riffs acérés notamment sur The Beast Inside et conclu en beauté lors de The Nameless 6 en se faisant son petit circle pit perso, la guitare en bandoulière au milieu de la Péniche. Les précédentes fois, j’avais vu General Lee sur des festivals plus importants où la musique prenait plus d’ampleur et où ils avaient plus de place pour s’exprimer. Mais ce passage dans une petite salle est tout aussi convaincant et le nouvel album est très prometteur.

Pour être honnête, j’avais souhaité aller à cette soirée uniquement parce que je connaissais General Lee. Je découvre donc la tête d’affiche KEN Mode (pour Kill Everyone Now, un programme des plus réjouissant avouez­-le !) uniquement en ayant écouté quelques morceaux, dont Blessed, un extrait de leur précédent album Entrech. Le set est conforme à ce que j’avais entr’aperçu. Le son est rugueux, on croirait entendre parfois At The Drive­-in. Le chant est généralement hurlé (à de rares exceptions). C’est du direct, le rythme, déjà lourd à l’origine, le devient plus encore pendant les deux morceaux où une seconde basse est ajouté en se substituant à la guitare. Les trois Canadiens ne sont pas non plus de grands bavards. L’interaction est moins simple avec le public et contrairement à General Lee, ils ne peuvent pas se permettre de descendre parmi les spectateurs bien qu’il y ait toujours autant de place disponible devant eux. Ça n’empêche pas le public d’apprécier, certes de manière moins démonstrative que tout à l’heure, mais on sent que l’énergie produite par ce groupe hardcore originaire de Winnipeg suscite l’intérêt. Les neuf titres s’enchaînent rapidement, le rythme ne change véritablement que pour deux ou trois chansons qui se segmentent entre une partie plus atmosphérique avant un déchaînement final (et alors on pense à une formation comme A Perfect Circle). En tout cas, une toute nouvelle expérience que je ne regrette pas. En attendant là aussi de pouvoir écouter le nouvel opus de la formation.

Nicolas Fournier

24 total views, 2 views today

0 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre adresse E-mail ne sera pas publiée
captcha