/ /
PROCHAINEMENT
"Premier sur l'actu musicale en Hauts-de-France"
MENU
Ouverture de saison les 22 et 23 septembre 2017 à l'Orchestre National de Lille photo institutionnelle ONLille Alexandre Bloch à la Villa Cavrois
Artistes

Ouverture de saison les 22 et 23 septembre 2017 à l’Orchestre National de Lille

0 commentaire
21 août 2017 - par L'équipe

Alexandre Bloch, directeur musical de l’ Orchestre National de Lille depuis septembre 2016, invite les mélomanes à découvrir deux de ses trois fils rouges de saison : Brahms et Ravel !

Aux côtés du maestro de l’ Orchestre National de Lille pour la première fois, la jeune violoniste allemande et BBC New Generation Artist Alexandre Eberle dans un monument du répertoire romantique pour violon le Concerto pour violon de Brahms, et les choristes anglais du Philharmonia Chorus dans la version intégrale du ballet Daphnis et Chloé de Ravel.

Le contexte

Lors de sa création en 1879, le Concerto pour violon de Brahms surprit beaucoup ses premiers auditeurs. Certains commentateurs n’hésitèrent pas à parler d’une oeuvre injouable. Parmi les jugements savoureux, on citera la phrase du chef Hans von Bulow qui déclara :

Max Bruch a composé un concerto pour le violon, Brahms, lui, en a composé un contre le violon.

Armé d’une solide expérience, il s’attelle à une vaste œuvre pour son vieil ami, le violoniste Joseph Joachim, qui participera d’ailleurs à de nombreux ajustements de la partie soliste. À maints égards, Brahms honore la tradition classique dans son concerto.

C’est dans le choix de laisser la cadence à la discrétion du soliste que Brahms témoigne d’une véritable allégeance à la tradition À noter que le cinéaste américain Paul Thomas Anderson propose une vision particulièrement originale de ce Finale dans le générique glaçant de son film There will be blood (2007).

Avec sa cinquantaine de minutes et son orchestre fourni (bois par trois, quatre cors et ajout d’un chœur sans paroles), Daphnis et Chloé est l’oeuvre la plus longue et la plus ambitieuse de Ravel.

Le compositeur français reçut en 1909 commande de Serge de Diaghilev pour la saison des Ballets Russes mais suite à de nombreux retards, le ballet ne sera créé que le 8 juin 1912.
Dès l’introduction, un paysage parmi les plus amples de la musique française se déploie. Nous sommes dans la Grèce de Longus au IIIe siècle après Jésus Christ. La première partie pourrait se résumer ainsi.

Le chèvrier Daphnis et la bergère Chloé grandissent sur l’île de Lesbos, Daphnis apprend à Chloé à jouer de la flûte de Pan. Ils tombent amoureux mais Chloé est enlevée par les pirates, pendant que Daphnis sollicite l’aide du dieu Pan. La deuxième partie débute par un saisissant passage a cappella : le chœur annonce l’arrivée de Pan, comme des brouillards sur la mer, puis au cours d’une danse guerrière où tonnent les cuivres, Chloé est libérée.

La troisième partie s’ouvre par le Lever du jour

Une véritable musique d’île déserte, où les glissandos de harpe et les traits des vents traduisent les bruissements liquides de la nature. Avant l’apparition d’un sublime thème aux altos bientôt repris aux violons et par le chœur. La Pantomime qui s’ensuit traduit les amours de Pan et Syrinx avec un passage pour flûte d’une troublante sensualité, jusqu’à une explosive Danse Générale, bacchanale à cinq temps où chaque instrument brille avec une extrême précision. Ravel offre surtout une véritable leçon d’orchestration.

Le célèbre critique Émile Vuillermoz l’écrira en 1939 :

« En présence de la grande phalange symphonique moderne, Ravel écrit avec une science, une minutie et une divination infaillibles ».

Au programme de l’ouverture de saison de l’ Orchestre National de Lille :

La soirée de vendredi aura lieu à 20h et celle de samedi à 18h30 au Nouveau Siècle à Lille. Tarif à partir de 5 euros !

744 total views, 4 views today

0 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre adresse E-mail ne sera pas publiée
captcha