/ /
PROCHAINEMENT
"Premier sur l'actu musicale en Hauts-de-France"
MENU
guillaume perret free album
Chroniques

Guillaume Perret, Free

0 commentaire
21 septembre 2016 - par L'équipe

Guillaume Perret, que l’on a repéré au Tourcoing Jazz Festival, sort son nouvel album le 23 septembre 2016 !

Free. Tel est Guillaume Perret.

Dans l’histoire du jazz, l’adjectif a ouvert les horizons esthétiques, libéré les énergies artistiques. Gratuit. Libre. À chacun sa définition. Ornette Coleman l’a dit en son temps et depuis 1960, être free en jazz, c’est aussi être sujet à quelques malentendus.

En choisissant ce qualificatif pour son nouvel album, Guillaume Perret augure de futurs débats sur la nature même de son jazz. Conçu comme une musique de film, Free se veut un parcours libre au travers de différents paysages. Différentes émotions. Le saxophoniste prévient et souhaite tomber le masque, pour en revenir à l’essence de ce qui fonde sa singularité.

Libre. Plus qu’un titre, une déclaration d’intention. on avait salué l’esprit d’équipe. Le son du groupe. Et le voilà qui revient tout seul aux manettes. Comme une mise au point de tous ses subjectifs, comme un besoin de faire le point avant de regarder plus loin. Il fallait oser ce saut en solo. Sans filets (les complices sur lesquels on peut s’appuyer, rebondir, se reposer…). Un plongeon dans l’océan des sons qui résonne comme une apnée vers les tréfonds de son imaginaire.

Fidèle à un état d’esprit « fais-le toi-même », Guillaume Perret traduit sur sillon ce qu’il a déjà testé maintes fois par le passé. pour preuves, il a enregistré édité et mixé en neuf jours, là où il a peaufiné neuf mois durant la post-production de son premier album.  Il en ressort une intensité palpable dès les premières notes de Birth of Aphrodite, thème qui renvoie au tableau de Botticelli selon son auteur, sevré de mythes et de mythologies.  l’allégorie fait sens avec cette bande-son, au diapason de ce musicien « mutant ».

Pour ce solo, le saxophoniste, n’ayant jamais caché son goût pour l’hybride, choisit donc de se démultiplier. Sur l’instrument, bien entendu, grâce au dispositif mis en place, il occupe tous les rôles. Mais aussi, au fil des pistes, où il varie les plaisirs : plages minimales, irruptions balkaniques. Tentations électroniques. Pause mélancolique, rebonds plus denses. Pas décalés vers la piste de danse… Guillaume Perret explorer le son, le sien qu’il distord à tel point que l’on ne peut croire que tout ceci tient de la programmation. Il n’en est rien. Tout est joué en temps réel ! Au fur et à mesure que se déploie chaque titre, il empile les couches à l’aide de ses loopers sur une seule et même pistes, qu’il va ensuite découper pour reconstruire une suite thématique, dont les multiples facettes renvoient tout autant à cette personnalité hors normes qu’à la singularité de la méthode. À l’aide de son seul saxophone traité, Guillaume recrée des sections d’orchestre ou des productions électros, un drive de batterie ou la suspension d’une basse.

Au final, toujours seul à bord, il aborde une grande variété de registres : de l’électro rauque (la puissante Heavy dance, zébrée d’électricité et de rais classiques) au bon vieux swing chaloupé (She’s got rhythm, dans une ambiance typique jungle), de paysages plutôt bien noir (l’intense Inside song, Inner jail, habité de son cri intérieur) à de  lumineuses ouvertures (En good, boosté par l’énergie irradiante de son fils à qui il dédie une autre composition, Susu, Cosmonaut, en fait sa vision du chant des étoiles)… En creux, cet assemblage hérétique dessine les contours d’une improbable historie de jazz. Guillaume Perret en donne une relecture toute personnelle, composées de multiples échos qui résonnent dans son jeu et reflètent les nombreux fragments de sa polymorphe identité. Le saxophoniste y puise la matière pour façonner une bande originale. Tout à la fois synthétique et organique. Il nous invite à cheminer dans les plis et replis de sa pensée… D’ailleurs, pour en mesurer toute la portée, fermez les yeux et ouvrez grand les oreilles.

122 total views, 10 views today

0 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre adresse E-mail ne sera pas publiée
captcha