D’amour et The Dø fraiche
PROCHAINEMENT
Facebook CCC Flickr CCC YouTube CCC Instagram CCC Twitter CCC Soundcloud CCC Pinterest CCC
Actualité culturelle en Hauts-de-France et Belgique
MENU
the do shake shook shaken chronique disque wagram
Chroniques

D’amour et The Dø fraiche

0 commentaire
10 octobre 2014 - par L'équipe

3,345 total views, 2 views today

Pour son troisième album Shake, Shook, Shaken Olivia Merilahti et Dan Levy amorcent un virage dans les sons électroniques qui tient la route en direction du soleil. À son arrivée le duo aboutit à un album singulier qui possède un halo printanier. Une cure contre la morosité automnale s’installe dès les premières écoutes.

L’électronique chaleureuse et ludique des arrangements, mariée aux vocaux délicats d’Olivia, en font un mouvement inédit que l’on pourrait même nommer « Hot Wave » en réponse au cold wave. Telle une réplique féminine à Metronomy, en plus sensible donc, The Dø aurait trouvé la formule magique. Les douze titres résonnent déjà comme la pièce maîtresse de ce qui s’est fait de mieux cette année, en terme de musique grand public moderne. « Keep Your Lips Sealed » et « Miracles » les deux premiers singles annonciateurs du succès avec leur rythme saccadé électro et leur refrain rassurant, leur clavier héroïque, résonnent comme une bouffée de bonheur dans les oreilles. « Miracles » progresse même vers le sommet avec son orgue ténébreux final à la Fantômas (Michel Magne). Olivia s’influence certainement de ses racines nordiques dans ses nouvelles intonations façon The Cardigans ou encore Karin Park notamment sur « Trustful Hands ». « Sparks » cinématographique à souhait flirte avec le romantisme. « Going Through Walls » et « Despair, Hangover and Ecstasy » qui ont tout du potentiel hit single virevoltent avec la joie et prônent la danse, « Anita No ! » telle une complainte enjouée caresse les oreilles de ses effets subtils. La délicieuse comptine électronique « A mess like this » aux accents de Tori Amos et Kate Bush procure une sensation de déjà vu, celle que possèdent tous les grands classiques.

the do shake shook shaken
La pochette de Shake Shook Shaken

« Lick my Wounds » religieux à l’instar d’une Florence and the Machine a enfin trouvé la machine cérémoniale ; « Opposite Ways » entre kitsch et modernité, le cœur balance. « Nature will remain » tel un hymne écologique se trame entre deux eaux. « Omen » en musique millénaire achève l’album sur une note impressionnante, du troisième comme pour enfoncer le clou, quasi industrielle, que le vocal mutant et onirique gardera positif.

Les arrangements très sophistiqués de la production marquent un tournant inattendu dans la jeune carrière de The Dø qui préside néanmoins l’esprit pur pop, fédérateur, et universel de leurs ainés. Ce Shake, Shook, Shaken qui fait la part belle aux mélodies romancées, passionnées et amoureuses, marquera les auditeurs d’une empreinte désireuse à les faire succomber sur sa diffusion pour du long terme. Un album culte par anticipation, tout simplement.

9/10

Josse Juilien

 

 

 

0 commentaire réagissez au sujet de cet article !


Vous aimerez aussi

Votre courriel ne sera pas publié



Instagram